Qui a crit les vangiles

! ( ) Last Post: | == == | .. Last Post: | == == | ........ ( ) Last Post: | == == | Last Post: undertaker635 | == == | .. " " Last Post: | == == | Last Post: 1 | == == | : !() Last Post: | == == | ( 11): .. ǿ Last Post: | == == | ..... Last Post: | == == | ! Last Post: | == == |


 

       

         

 

    

 

 

    

 

Qui a crit les vangiles

Results 1 to 2 of 2

Thread: Qui a crit les vangiles

  1. #1
    Join Date
    Feb 2006
    Posts
    9
    Last Activity
    05-03-2007
    At
    07:43 PM

    Default Qui a crit les vangiles

    source :

    http://www.aimer-jesus.com/evangelistes_evangiles.php

    Sache qu'un livre ne peut tre considr comme inspir qu'autant qu'il est prouv, par des tmoignages authentiques et irrcusables, qu'il a t crit par le prophte ou l'apotre auquel il est attribu, et qu'il est arriv jusqu' nous sans aucune altration. Une simple supposition, une affirmation sans preuves ne suffisent pas tablir que tel livre appartient, en ralit, au prophte ou l'apotre dont il porte le nom. Il ne suffit pas non plus qu'une tradition se trouve dans une ou plusieurs sectes pour tre reue comme authentique.

    Dans les discussions avec nos amis chrtiens ,on nous rpond que le manque de traditions authentiques vient des perscutions auxquelles, l'Eglise Chrtienne a t expose pendant trois cent treize ans.

    J'ai lu les livres ou les thologues essaient de prouver l'origine de ces textes , notement les vangiles , et je n'y ai rien trouv que des hypothses et des inductions. Mais les hypothses ne sauraient tenir lieu de preuves. et il suffirait de leur opposer une simple dngation, les preuves, c' est eux a les fournir, et non pas nous. Je veux bien, toutefois, discuter ce point, et je me bornerai, pour ne pas fatiguer le lecteur par des rptitions, quelques parties du nouveau testement :
    L'vangile de Mathieu :

    l'Evangile de Matthieu tait en hbreu, et ce texte, altr par les diffrentes sectes chrtiennes, disparut la fin, de sorte que celui que les Chrtiens possdent maintenant sous ce nom n'est qu'une simple traduction, dont rien ne garantit l'authenticit, et dont on ne connat mme pas l'auteur, ainsi que l'avoue Jrme, l'un des docteurs les plus renomms des premiers sicles.

    les chrtiens disent : la vrit, c' est peut-tre un tel, ou tel autre ; mais ce ne sont l que des suppositions, qui n'ont aucune valeur dans une discussion srieuse. Tout ce que l'glise affirme aujourdh"ui c'est : "que le plus probable tait que cet vangile a t crit en grec par Matthieu lui-mme". Voil ce que dit ce propos, la "Penny Cyclopdia" : "L'Evangile selon Matthieu a t crit l'an 41, en hbreu ou en syro-chalden ; il n'existe maintenant que la traduction grecque ; et le texte hbraque existant n'est qu'une traduction de cette dernire".
    L'vangile de Marc:

    Thomas Ward a dit : "D'aprs Jrme, quelques-uns des premiers docteurs avaient des doutes sur l'authenticit du dernier chapitre de Marc ; d'autres sur quelques versets du 22e chapitre de Luc, et d'autres enfin sur les deux premiers chapitres de cet Evangliste qui ne se trouvent pas dans les textes de la secte Marcionite". Voil ce qu'on lit dans Norton (p. 70, d. de lS37, Boston) : "Il y a dans l'Evangile de Marc un passage qui demande tre vrifi ; ce passage commence au 9me verset et va jusqu' la fin du dernier chapitre. Il est trange que Griesbach qui, dans son Commentaire, avait relev cette interpolation, ne l'ait pas note dans le texte". Aprs avoir dvelopp les raisons qui lui ont fait croire une interpolation il ajoute : "Il ressort de cela que ce long passage a t ajout aux texte, ce qui est d'autant plus vraisemblable, que les copistes avaient l'habitude invtre d'ajouter des mots aux texte plutt que d'en omettre". Griesbach est un des savants les plus renomms de la secte protestante, et quoique Norton ne jouisse pas d'une grande considration auprs de cette secte (il est unitairien et consquemment htrodoxe) les paroles de Griesbach seul font autorit.
    l'Evangile de Luc:

    Pas la peine de trop en discuter , celui qui a crit luc n'a jamais vu jsus , il n'a jamais crit l'vangile par inspiration , car tout simplement il l'affirme lui meme :
    Luc 1

    1.1 Plusieurs ayant entrepris de composer un rcit des vnements qui se sont accomplis parmi nous,

    1.2 suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont t des tmoins oculaires ds le commencement et sont devenus des ministres de la parole,

    1.3 il m'a aussi sembl bon, aprs avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par crit d'une manire suivie, excellent Thophile,

    1.4 afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reus.


    l'Evangile de Jean

    Il n'est pas prouv. non plus que l'Evangile de Jean soit rellement de lui.

    Il y a mme plusieurs raisons qui tendraient nous faire croire le contraire.

    1) Dans les temps anciens, de mme que de nos jours, un auteur parle toujours en son nom lorsqu'il dcrit des vnements qu'il a vus ; or, il ne parait pas, ici, que l'auteur ait vu lui-mme ce dont il parle.

    2) On lit au 21me chapitre de cet Evangile (V. 24 ) . " C'est ce disciple qui rend tmoignage de ces choses et qui les a crites ; et nous savons que son tmoignage est vritable ". Ici on se rfre Jean a la troisime personne, aprs quoi l'crivain parle en son nom . "Nous savons que", ce qui dmontre que l'crivain est autre que Jean lui-mme. Il est probable que l'crivain a trouv des notes de Jean et qu'il les a suivies en composant son rcit.

    3) Au 2me sicle, on a mis en doute que Jean ft rellement l'auteur du 4e Evangile ; lrne tait encore en vie cette poque ; or lrne tait disciple de Polycarpe, qui lui-mme avait t disciple de Jean. Et bien ! Irne ne s'leva jamais contre ces doutes ; il n'allgua jamais l'autorit de son matre Polycarpe pour dtruire de pareille suppositions . Si cet Evangile tait de Jean, Polycarpe l'aurait su et l'aurait dit Irne ; car il est extrmement invraisemblable qu'lrne, auquel Polycarpe donnait les dtails les plus minutieux et qui mettait tout par crit, n'et jamais rien entendu au sujet d'un point aussi essentiel que celui de l'authenticit de l'Evangile de Jean. Eusbe nous apprend avec quel soin lrne conservait ses moindres souvenirs. Il nous rapporte ces mots de lui, dans l'Histoire Ecclsiastique (V. 20, p. 219, d. de 1847 ) . "J'ai entendu ces paroles par la grce de Dieu avec la plus grande attention, et je les ai crites dans mon cur et non sur mes tablettes, et ma constante habitude a t de la relire sans intermission".

    Il est donc constant qu'au 2me sicle, des doutes ont t avancs sur l'authenticit de l'Evangile de Jean et que l'Eglise orthodoxe n'a pas pu prouver le contraire. Celse, philosophe paen du 2me sicle, affirmait que les Chrtiens avaient altr leurs Evangiles trois ou quatre fois, et qu'au 4e sicle, Festus, l'un des champions les plus minents du Manichisme, rptait que le Nouveau Testament n'tait ni de Jsus, ni des Aptres, et qu'il avait t crit par un inconnu, qui l'avait attribu aux Aptres et leurs disciples, afin de lui donner plus d'autorit ; il fit, ainsi, aux Chrtiens un tort immense par ses critiques.

    4) On lit dans le Catholic Herald (vol. VIl. p. 205, ann. 1844) : "Selon Stahelin, l'Evangile de Jean a t crit par l'un des disciples de l'Ecole d'Alexandrie". Remarquez avec quelle assurance Stahelin nie que cet Evangile soit de Jean, et affirme qu'il est l'uvre d'un lve de l'cole d'Alexandrie.

    5) Bretschneider est galement d'avis que l'Evangile et les Eptres attribues Jean ne sont pas de cet Aptre et qu'ils ont t composs au commencement du 2me sicle.

    6) L'illustre Grotius a dit qu' l'origine l'Evangile de Jean n'avait que vingt chapitres. Aprs la mort de Jean, l'Eglise d'Ephse y ajouta le 2le chap.

    7) On sait que les Alogiens, secte chrtienne du 2me sicle, niait l'authenticit de cet Evangile et de tous les autres crits attribus Jean.

    8) On verra dans la suite, que les savants rejettent les onze premiers versets du 8me chap., qui d'ailleurs ne se trouvent pas dans la traduction syriaque. Il rsulte de cela que tout est incertain dans ces premiers temps, et que l'opinion de Stahelin et de Bretschneider est aprs tout la plus vraisemblable.

    9) Il y a sur l'poque de la rdaction des quatre Evangiles des rcits de peu de valeur et dnus de toute autorit qui nous montrent combien peu authentiques sont les faits relatifs ces Evangiles. Horne a dit ( part 11. sect.2me, vol. 1V. p. 237, d. 1839) : "Les donnes qui nous ont t transmises par les premiers historiens ecclsiastiques, relativement l'poque de la rdaction des Evangiles, sont si vagues, si confuses, si discordantes, qu'elles ne nous mnent aucune conclusion solide ou certaine : les plus anciens des premiers pres recueillirent les traditions de leurs temps, et les enregistrrent comme des fais certains ; et ceux qui vinrent aprs adoptrent ces premiers rapports avec une rvrence implicite. C'est ainsi que des traditions, vraies ou fausses, passrent d'un crivain un autre, sans contrle, jusqu' ce qu'il devint presque trop tard de les examiner avec un rsultat quelconque".

    Le mme auteur donne plus loin les diffrentes opinions sur les poques de la rdaction des quatre Evangiles. Le premier aurait t crit, d'aprs divers savants, dans les annes 37, 38, 41, 43, 4S, 61, 62, 63, ou 64 de l re chrtienne. Le second, entre les annes 56 65, et, comme date plus probable, les annes 60 63. Le troisime, dans les annes 53, 63, ou 64 ; le quatrime, en 68, 69, 70, ou en 97 ou 98.


    L'Eptre aux Hbreux, la 2me Eptre de Pierre, la 2me et la 3me de Jean, l'Eptre de Jacques, celle de Jude, l'Apocalypse de Jean, et quelques passages de la 1re Eptre de Jean:

    L'Eptre aux Hbreux, la 2me Eptre de Pierre, la 2me et la 3me de Jean, l'Eptre de Jacques, celle de Jude, l'Apocalypse de Jean, et quelques passages de la 1re Eptre de Jean, ont t attribus, sans preuve, aux Aptres et taient considrs comme douteux jusqu'en 363. Les susdits passages de l'Eptre de Jean sont encore tenus pour interpols par les critiques les plus distingus de notre poque, comme nous le verrons plus loin ; et tous ces divers crits ne se trouvent pas dans la traduction syriaque. Toutes les Eglises de l' Arabie ont rejet la 2me Eptre de Jude, et l'Apocalypse ; l'Eglise Syriaque aussi a constamment refus de les reconnatre, comme on le verra par ce qui suit. On lit dans Horne (vol. 11. p. 206, d. de 1822) : "On ne trouve pas dans la traduction syriaque la 2me Eptre de Pierre, l'Eptre de Jude, la 2me et la 3e Eptre de Jean, et l'Apocalypse de Jean. Il manque galement dans cette traduction, les versets 2 l l du 8e chap. de l'Evangile de Jean et le 7e verset du 5e chap. de la 1re Eptre de Jean".

    Le traducteur syrien doit avoir omis tous ces livres parce qu'ils ne lui semblaient pas assez authentiques.

    Ward dit (p. 37) : "Rogers, l'un des thologiens protestants les plus distingus, nous donne les noms de plusieurs savants de sa secte qui rejettent comme apocryphes les livres suivants : l'Eptre aux Hbreux, l'Eptre de Jacques, la 2me et la 3e Eptre de Jean, l'Eptre de Jude, et l' Apocalypse de Jean. Le docteur Bliss dit galement que jusqu'au temps d'Eusbe les livres n'taient pas tous considrs comme authentiques et soutient que l'Eptre de Jacques, celle de Jude, la 2me Eptre de Pierre, la 2me et la 3e de Jean, ne sont pas de ces Aptres. L'Eptre aux Hbreux resta longtemps douteuse. Les Eglises syriaques n'ont jamais voulu reconnatre ces livres, et les Eglises d'Arabie ont suivi leur exemple".

    Lardner dit dans le 4me volume de ses uvres (p. 175- . "Cyrille et l'Eglise de Jrusalem de son temps ne reconnaissent pas l'Apocalypse de Jean et le nom de ce livre ne se trouve pas dans le catalogue des livres canoniques crit par lui". Le mme auteur dit (loc. cit. p. 323) : "L'Apocalypse de Jean ne se trouve pas dans l'ancienne version syriaque ; ni Bar-Hebraeus, ni Jacques d'Edesse, n'ont crit de commentaire sur ce livre". Et Ebedjsu omit de son catalogue la 2me Eptre de Pierre, la 2me et la 3e de Jean, l'Eptre de Jude, et l' Apocalypse de Jean ; et c' est l aussi l'opinion des Syriens".

    Le Catholic Herald (vol. VII. p. 206, ann. 1844) dit : "Rose dit (p. 161) que plusieurs thologiens protestants n'admettent pas l'authenticit de l'Apocalypse de Jean, et le Professeur Ewald a prouv, d'une manire irrfutable, que l'Evangile de Jean, les Eptres et l'Apocalypse, ne peuvent pas tre du mme auteur".

    Eusbe (Hist. VIl. 25) cite le passage suivant de Dionysius : "Quelques uns avant nous ont cart et essay de rfuter (1' Apocalypse), en critiquant chaque chapitre et dclarant le livre entier comme n'ayant ni sens ni raison. Ils disent qu'il a un faux titre et qu'il n'est pas de Jean. Ils vont mme, jusqu' affirmer qu'il n'est pas une rvlation, attendu qu'il est couvert d'un voile si pais d'ignorance qu'aucun Aptre, aucun des saints hommes, des hommes, de l'Eglise, ne saurait en tre l'auteur ; mais que c'est Crinthe, le fondateur de la secte des Crinthiens, qui l'aurait compos et attribu Jean ; car les Crinthiens croient qu'il y aura un rgne terrestre du Christ, ... quant moi, je ne hasarderai pas de rejeter ce livre parce qu'il est trs vnr par un grand nombre de frres... Je ne nie pas que ce soit l'uvre d'un homme appel Jean, que c'tait un saint homme et inspir, mais je ne puis pas admettre facilement que ce soit l'Aptre, le fils de Zbde et frre de Jacques, et auteur de l'Evangile et de l'Eptre qui porte son nom. Par la teneur gnrale des deux ouvrages, par leurs styles respectifs et le mode de leur composition, je conjecture que l'Apocalypse n'est pas l'uvre de l'Aptre, ... Que ce soit un Jean qui a crit ces choses (1' Apocalypse) nous devons le croire, puisqu'il se nomme ; mais quel Jean c'est, est chose incertaine, car il n'a pas dit, - comme il (l'aptre) le fait souvent dans l'Evangile, - qu'il tait 'le disciple bien-aim du Seigneur' , ou 'celui qui tait couch sur son sein' , ou 'le frre de Jacques' ... Il y a un autre Jean, surnomm Marc, mentionn dans les Actes (XIII. 5), et que Paul et Barnabas prirent avec eux, ... mais si c'est lui qui a crit l'Apocalypse, je ne saurais le dire, car il n'est pas crit qu'il soit all avec eux en Asie (Mineure). Il y est dit, au contraire (ibid. V. 13), que ce Jean, se sparant d'eux, est retourn Jrusalem. Je pense, donc, que c'est un autre Jean d'Asie, car on dit qu'il y a Ephse deux tombeaux sur lesquels est crit le nom de Jean. ... On voit par le style et le contenu de ce livre que Jean l'Evangliste ne peut pas l'avoir crit ; en effet, le style de l'Evangile et des Eptres est classique et simple, tandis que l'Apocalypse diffre entirement, par ses expressions hardies et les difficults de son style, du langage usit par les Grecs. Dans l'Evangile et dans les Eptres, Jean parle en son nom, ou la troisime personne, et entre en matire sans prambule. L'auteur de l'Apocalypse, au contraire, commence ainsi . La Rvlation de Jsus Christ. qu'il a reue de Dieu pour faire connatre ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientt, et qu'il a dclares et envoyes par son ange Jean son serviteur ., et au 4e verset : Jean aux sept Eglises et ensuite : '9. Moi Jean, qui suis votre frre, et qui ai part avec vous l'affliction et au rgne et la patience de Jsus-Christ' . On lit aussi au chap. xxii. 8 . 'C'est moi, Jean, qui ai vu et qui ai ou'.

    Ainsi, toutes les fois qu'il se nomme il le fait d'une manire contraire celle de l'Aptre, on ne peut pas dire que l'Aptre ait drog ses habitudes pour mieux se faire connatre, car si cela avait t son but, il aurait ajout son nom quelque dsignation particulire, comme par exemple : Jean fils de Zbde, frre de Jacques, ou . Jean le Disciple Bien-aim. L'auteur de l'Apocalypse, au contraire, parle de lui-mme dans les termes les plus gnraux ; votre frre. celui qui a partag avec vous. Je ne dis pas cela pour rabaisser l'auteur, mais pour faire ressortir la grande diffrence de style de ces deux crits".

    Eusbe dit encore (Hist. 111. 3) : 'La premire Eptre de Pierre est authentique, mais la seconde n'tait pas mise au nombre des crits canoniques; elle tait seulement lue. Les Eptres de Paul sont quatorze en nombre, mais quelques-uns doutent de l'authenticit de l'Eptre aux Hbreux".

    Il ajoute au chap. XXIV. du mme livre : On doute si l'Eptre de Jacques, celle de Jude, la seconde Eptre de Pierre, la seconde et la troisime de Jean, appartiennent ces Aptres, ou sont l'uvre d'autres personnes portant les mmes noms, quant aux Actes de Paul ; au livre appel Le Pastor, la Rvlation de Pierre, l'Eptre de Barnabas, et aux Institutions des Aptres. On pense gnralement que ce sont des ouvrages apocryphes ; si cela se confirmait il faudrait alors comprendre dans ce nombre, l'Apocalypse de Jean .
    l'Eptre aux Hbreux

    Plus loin (L.VI. C. 21) il cite ces paroles d'Origne au sujet de l'Eptre aux Hbreux :"L'opinion, qui courait avant nous, est qu'elle a t crite par Clment, vque de Rome ; d'autres, qu'elle est l'uvre de Luc, auteur de l'Evangile. L'authenticit de cette Eptre a t nie aussi par Irne, vque de Lyon, qui vivait en 178 ; par Hippolitus qui vivait en 220 ; par Novatus, presbytre de Rome, qui vivait en 251. Tertullien, presbytre de Carthage en 200, attribue cette Eptre Barnabas. Caus, presbytre de Rome, qui vivait en 212, compte treize Eptres de Paul, mais il ne comprend pas dans ce nombre l'Eptre aux Hbreux. Cyprien, vque de Carthage en 248, ne fait pas mention de cette Eptre. jusqu' ce moment, l'Eglise Syriaque refuse de reconnatre la 2me Eptre de Pierre, la 2me et la 3e de Jean. Scaliger a dit que celui qui a crit la deuxime Eptre de Pierre a perdu son temps.
    l'Eptre de Jacques

    Eusbe dit, propos de l'Eptre de Jacques (Hist. 11. 23 ) . "... Mais il faut remarquer qu'elle est considre comme apocryphe ; et en effet peu d'crivains anciens en font mention ; pas, mme, celle qu'on appelle l'Eptre de Jude, qui est une des sept Eptres appeles catholiques. Nanmoins nous savons que ces Eptres, avec les autres, sont lues publiquement dans plusieurs glises". Je lis dans l'Histoire de la Bible (Bible History), de 1850 . "Grotius a dit que cette Eptre est de Jude, quinzime vque de Jrusalem, sous le rgne d'Adrien". Je trouve, aussi, dans Eusbe (VI. 25) : "Origne a dit, dans le 5e livre de son commentaire sur l'Evangile de Jean, que Paul ... 'non seulement n'a pas crit toutes les Eglises auxquelles il a prch, mais celles, mme, auxquelles il a crit, il n'a envoy que quelques lignes". Ainsi, d'aprs Origne, les Eptres attribues Paul ne sont pas de lui, il n'y a, peut-tre, que quelques lignes qui lui appartiennent. Nous voyons donc que ces paroles de Festus "Le Nouveau Testament n'a t crit ni par Jsus, ni par les Aptres, mais c' est l'uvre d'un auteur inconnu qui l'a attribu aux Aptres et leur compagnons" sont l'expression d'une vrit incontestable.

    Qui a crit les vangiles , aimer-jesus.com

  2. #2
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    jazaka llahou khayran mon frre un sujet trs trs important...
    merci a toi a nos frres responsable du site : aimer jesus

Qui a crit les vangiles

Thread Information

Users Browsing this Thread

There are currently 1 users browsing this thread. (0 members and 1 guests)

Similar Threads

  1. Replies: 0
    Last Post: 19-08-2006, 04:28 PM

Tags for this Thread

Bookmarks

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  

Qui a crit les vangiles

Qui a crit les vangiles