Le livre : Quest ce que lislam /par : Dr Ahmed AROUA

CHAPITRE :1

LHOMME DANS LUNIVERS


:
" "( : 53)

Nous leur montrons nos signes dans l univers et en eux-memes , jusqu' ce quil leur devienne vident quil est verit ( Fossilat.53)

LHOMME DANS LUNIVERS ;

Bien avant les les dcouvertes scientifiques de ces dernieres sicles , lhomme pouvait avoir , par lobservation , lexprience et lla reflextion, une ide de sa place dans lUnivers . Mais la Terre lui paraissait immense et les cieux inaccessibles .Aujaurdhui,notre plante est devenue une petite bille perdue dans limmensit de lUnivers , les espaces cosmiques se sont considrablement tendus et lunit de mesure est devenue lanne lumire,cest -dire la distance parcourue par la lumire en un an , a la vitesse vertigineus de 300 000 Km/s mais la somme de connaissances que nous avnt acquise, nous a montr aussi limmese tendue de ce que nous ignorons et de ce qui reste inaccessible notre intelligence et nos instruments. Chaque fois que lhomme croit trouver une frontire lUnivers , il dcouvre derrire elle un Univers encore plus grand .Quand, aprs la lune ,les astronautes auront conquis Mars, ils auront fait un bondde quel-ques centaines de milliers ou quelques disaines de millions de Kilomtres,mais ce ne sera quun petit saut dinsecte ,par apport aux dimenstrations fantastiques, des galaxies.Litoile la plus proche de notre systeme solaire est 4 annes lumires . Quand on sait que notre Voie Lacte nest quune galaxie parmie des milliards dautres , qu elle est peuple de 100 milliards dtoiles semblables et souvent plus grandes que notre soleil , on se rend compte autant de la petitesse de lhomme que des performances prodigieuses de son esprit .

Si par contre ,lhomme tournait son regard dans le sens des petites choses, il dcouvrirait un univers aussi passionnant et galement plus infini .La matire qui constitue lunivers etqui se prsente sous une infinie varit de formes , de couleurs de structures et de combinaisans, est animede mouvements dune extraordinaire complexit qui la font se mouvoir, se combiner , se scinder se dissiper et se reconstruire, dans un ordre gigantesque et infaillible ou infiniment grand et solidaire de linfiniment petit comme sil sagissait dun organisme vivant immense et unique Tu ne verras aucun dsordre dans la cration de dieu. Reportes-y ton regard. Y verras-tu une seule faille ? Reportes encorepar deux fois ton regard. Te retournera confondu et dconsert .(Tabaraka :3-4)
Aussi toin quelle a pu sintroduire dans la connaissance et la manipulation des structures laventure de la science se perd dans linfiniment petit comme elle sest perdue dans linfiniment grand . Le plus petit atome est form de particule et dnergie dont lexploration nest pas prs de son terme, malgrai les immenses moyens technologiques dont disposent les savants lodemes.
Et la puissance distructive de ce petit atome est devenue aussi redoutable pour lhomme moderne que ltait dans le pass la menace de leffondrement du ciel sur la terre .
Lmerveillement de lhomme devant limmensit ,la complexit et lharmonie vivante de lunivers phisique , devient encorse plus vertigineux devant le phnomne de la vie et de son ultime aboutissement , lintelligence et la pence de lhomme , il suffit dobservrer tout autour de soi , cette infinie varit detre vivants qui sagitent et qui se disputent entre eux pour vivre les uns avec les autre et les uns aux dpens des autres,en puisant dans la nature les matriauxde la vie ; sels minraux , matire organique , eau, air, lumire Il faut suivre ces etres vivants dans le cycle permanent et le miracle perptuel de la naissance , de lpanouissement, de la mort, du renouvellement .Il faut tudier ces plantes , dont chaque fouille est une usine qui fabrique le sucre et les matires protiques partire de leau ,du carbon , et de la lumire solaire .Il faut suivre la naissance des fleurs , organes de la fcondation et de reproduction, qui spanouissent en une infinie varit de formes et de couleurset qui meurent pour laisser vivre les frouits et les grains qui pourtent le pouvoire et le secret dune vie nouvelle .Qimporte si me science ma perlis de dcoder les messages port par les chromosomes et les gnes.Cela ne fait que renfoncer mon merveillement devant le miracle de la cration.
Au niveau de lhomme , il faut aussi dcouvrir la succession infinie des des miracles de la vie qui, partir de la sellule germinale visible loeul nu,fabrique un etre humain form de plusieurs disaines de milliards de sellules spsialises et solidaire pour maintenir, dvelopper et multiplier lespace. Il faut suivre les transformationd physiques, biologiques, et psychologiques de lenfant depuis sa naissance jusqu sa mort , Il faut sarreter et rflchir sur sa propre rflexion ,sur lintelligence , lecriture, la parole, la technique, qui nous permaittent de saisir et de dominer ,dans les limites sans cesse recules, un univers physique et spirituel hors de proportion avec ses dimentions organiques et memes intelectuelles. Il faut enfin se laisser saisir de stupeur devant la prtention de cette particule girminale devenue homme , qui est capable de comprendre et de dominer la nature , mais aussi de dfiner son crateur. Lhomme ne vois donc pas que nous lavons cr dune particule germinale, et voici quil devient un adversaire dclar ? .Il prsente un exemple, oubliant sa propre cration et il dit : Qui donc ressuscitera ces os devenus poussire ? dis Les ressiscitera Celui qui leur a donn la vie la premiere fois, et dont la science setend sur toute chose (YaSin78-97).
Lintelligence de lhomme, aussi prtentieuse quelle puisse etre, devant linfinit de lespace et de lternit du temps ; le miracle de la vie et le mystre de la mort, ce cable et dfaille, impuissante les consevoir, et pourtant entte les saisir et les dominer .Elle ne pourra le faire quen sadressant et en retournant Celui qui est lorigine et la fin de toute chose.
******************
suivre
CHAPITRE 2
LHOMME CHERCHE DIEU ET DIEU SE REVELE A LHOMME



" " (:6)

Homme , tu dploies un dur effort pour attendre ton Dieu et tu le rencontre
(Al Inchiqaq. 6)