12arguments contre LA TRINITE

! ( ) Last Post: | == == | : : ... Last Post: | == == | Last Post: | == == | Nayer.tanyous Last Post: * * | == == | Last Post: 99 | == == | : 100 Last Post: 99 | == == | . Last Post: 99 | == == | Last Post: 99 | == == | Vs Last Post: | == == | Last Post: * * | == == |


 

       

         

 

    

 

 

    

 

12arguments contre LA TRINITE

Results 1 to 4 of 4

Thread: 12arguments contre LA TRINITE

  1. #1
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default 12arguments contre LA TRINITE

    12arguments contre LA TRINITE

    Dans un dossier similaire on avait dmontrer que la doctrine de la trinit ne peut tre justifier par la raison, et on la dmontrer avec un raisonnement logique.

    pour le consulter veuillez suivre le lien

    Refutation de la trinite

    En plus de ce qui a prcd voil 12 points.
    Ces points prsentant aussi des arguments contre la doctrine de trinit

    A SUIVRE.

  2. #2
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Ceux ci sont 12 points signaler avant d'entamer l'tude de la trinit, ces points prsentant aussi des arguments contre la doctrine de trinit :

    La doctrine de trinit est inacceptable par la logique , Les hrsies sont souvent des tentatives de ramener cette foi trinitaire quelque chose de plus simple comprendre.

    * * *

    Dans la bible, jsus n'a jamais parl de trinit, est il normal que cette doctrine qui est la base de la foi chrtienne ne soit pas prononce par jsus, pour cela, les thologiens se sont trouv dans l'obligation d'interprter quelque ****es pour prouver la trinit.

    * * *

    la doctrine de trinit ne fut reconnue que lors des conciles cumniques, la plupart des chrtiens de cette poque taient contre cette doctrine, parmi eux les ariens.

    * * *

    Les livres de l'Ancien Testament affirment tous que Dieu est unique, ternel, tout-puissant, que rien ne peut donner une ide de sa forme, ni de son essence, qu'il est immatriel et sans forme. Ce point est trop connu pour qu'il soit besoin de multiplier les citations l'appui.

    * * *

    L'adoration d'un tre autre que Dieu est expressment dfendue dans plusieurs endroits de l'Ecriture (Exod. XX. XXXIV ) . D'aprs le Deut. (XIII.), le prophte ou voyant, qui prcherait l'adoration d'un autre que Dieu, doit tre mis immdiatement mort, quoiqu'il et opr de grands miracles ; la mme peine est prescrite pour tout parent ou ami qui inviterait secrtement cette adoration ; au chap. xvii. Du mme livre, il est dit que l'homme ou la femme qui adorerait un autre que Dieu doit tre lapid sans piti.

    * * *

    La doctrine de la Trinit n'a t connue d'aucun peuple, depuis Adam jusqu' Mose ,sans parler des autres peuples qui n'entendirent jamais parler de trinit constitue de jsus et le saint esprit,: nous ne nous occuperons pas des prtendues allusions ce dogme que ses partisans ont voulu trouver dans quelques passages de la Gense, parce que, pour nous, ces passages sont en ralit altrs, et l'allusion, que les Trinitaires s'imaginent y trouver, ne repose que sur une interprtation purement imaginative et force des ****es. Il n'est pas ncessaire de prouver que cette doctrine n'est pas dans la loi Mosaque ; tous ceux qui ont lu la bible qui se trouve actuellement entre les mains des Juifs et des Chrtiens le savent trs bien. Jean Baptiste lui-mme, jusqu' sa mort, douta de la nature et de la mission de Jsus ; on voit par le 11 e chap. de Matthieu, qu'il envoya deux de ses disciples Jsus, pour lui demander s'il tait Celui qu'on attendait. Si Jsus tait vraiment Dieu, il faudrait accuser Jean Baptiste d'impit, car c'est une impit que de douter de Dieu : on ne conoit pas qu'il ait pu ne pas reconnatre son Dieu, du moment qu'il tait son prophte, et mme le plus grand des prophtes, ainsi que l'a dclar Jsus lui-mme (Matthieu loc.cit.), si le plus grand des prophtes et contemporain de Jsus n'a pas eu connaissance de sa divinit, on doit excuser les prophtes prcdents de l'avoir ignore. A plus forte raison doit-on excuser les docteurs juifs, depuis Mose jusqu' nos jours, de ne pas l'avoir connue. Dieu, dans son infinit et dans la plnitude de ses attributs, de sa perfection, existe de toute ternit ; si le dogme de la Trinit tait vrai, Mose et les autres prophtes hbreux auraient d l'expliquer de la manire la plus claire ; il est vraiment trange que ce dogme, si essentiel au salut, selon les Trinitaires, soit rest lettre close pour tous les prophtes, depuis Mose jusqu'au Christ.
    Mose a expos, de la manire la plus dtaille, et avec une insistance qui semble parfois excessive, les pre******ions les moins importantes en leur donnant la sanction des peines les plus svres : et cependant il n'a pas fait la moindre allusion cette doctrine, pourtant si essentielle selon ses adeptes ; mais ce qui est encore plus trange c' est que Jsus lui-mme ne se soit jamais expliqu sur cette doctrine : qu'il n'ai jamais dit par exemple : Dieu est un compos de trois personnes, le pre, le Fils, et le St.Esprit, et la personne du Fils est, avec ma personne dans tel ou tel rapport ou d'une manire que votre intelligence ne peut pas arriver comprendre : qu'il vous suffise de savoir le fait, et de le croire aveuglment . O quelque autre chose de sem****le ; mais les partisans de la Trinit ne peuvent produire de Jsus que quelques paroles, nigmatiques et peu claires. L'auteur du "Mizan Elhaqq". Dit dans son livre intitul Miftah-ul-asrar . (Clef des Secrets) : "Si on nous demandait pourquoi le Christ n'a pas dit clairement, 'Je suis Dieu', nous rpondrions :

    Ø Cette premire rponse inadmissible en elle-mme, n'ayant rien faire avec le point en discussion nous la passons outre)

    Ø Qu'aucun n'aurait pu comprendre ce rapport et le concilier avec l'ide de l'unit de Dieu, avant la rsurrection de Jsus et son ascension au ciel ; s'il avait dit qu'il tait Dieu, ses disciples et les Juifs auraient pris cela dans le sens d'une divinit corporelle et visible, ce qui est une erreur. C'est encore l une des choses auxquelles Jsus faisait allusion quand il disait ses disciples ; Il y a bien des choses que je ne vous dis pas, parce que vous ne pourriez les comprendre, mais quand viendra cet Esprit de vrit'. (Jean XVI. 12, 13)".
    Le mme auteur ajoute dans un autre endroit. "Les docteurs juifs voulurent manire nigmatique et obscure" Les deux raisons donnes par l'auteur du Mizan sont d'une extrme faiblesse. Dire que les auditeurs du Christ ne l'auraient pas compris s'il avait pu leur faire part de sa divinit, tout en leur disant que le rapport de l'union du Fils avec le corps humain qu'il avait revtu tait au dessus de leur intelligence, et qu'il fallait se *******er de savoir qu'il tait Dieu sous un autre rapport que celui du corps. L'impuissance de comprendre cette relation des deux natures subsiste aprs comme avant l'ascension du Christ, car jusqu' prsent aucun thologien n'a russi la dterminer ; et tout ce qu'ils en ont dit n'a servi qu' augmenter la confusion dans les ides, aussi, voyons-nous les thologiens protestants s'abstenir de toute explication ; et l'auteur du Mizan avoue lui-mme, en plusieurs endroits, que la chose est au dessus de notre comprhension.
    Quant la seconde raison donne par cet auteur, elle est tout aussi faible. Le Christ n'est venu, selon les Chrtiens, que pour servir de victime expiatoire des pchs du monde ; il savait qu'il serait crucifi par les Juifs, et prvoyait mme le temps o sa crucifixion aurait eu lieu ; il n'avait donc rien craindre de la part des Juifs, en exposant le dogme de la Trinit ; il est vraiment trange que le Crateur du ciel et de la terre, l'Etre tout-puissant, ait eu peur de ses cratures, et qu'il ait craint de faire connatre un dogme aussi essentiel au salut ternel, quand ses serviteurs Isae, Jrmie, Jean-Baptiste. Nont jamais hsit dire toute la vrit, et ont mme expos leur vie, pour accomplir leur mission. N'est il pas encore plus trange que le Christ ait craint d'exposer cette doctrine, quand on le voit attaquer hardiment les murs de son sicle, dire aux Pharisiens les plus rudes vrits, et les appeler conducteurs aveugles, hypocrites. Insenss, spulcres blanchis, vipres. (Matthieu XXIII., Luc XI.). On ne peut pas croire que celui qui tait si courageux dnoncer le mal, ait pu hsiter faire part d'un dogme dont dpend le salut ternel. Il rsulte, donc, des paroles du Miftah, que le Christ n'a jamais parl aux Juifs de sa divinit d'une manire explicite, et que cette doctrine leur tait mme si antipathique qu'ils voulaient lapider Jsus pour y avoir fait allusion d'une manire nigmatique l
    Le Nouveau Testament nous dit en plusieurs endroits qu'il est impossible de voir Dieu en ce monde (Jean 1. 18) : " Personne n'a jamais vu Dieu ". (1 Ep. Tim. VI. 16) : " Personne n'a jamais vu et ne pourra le voir ". (1 Ep. de Jean IV. 12) : " Jamais aucun n'a vu Dieu ". Il rsulte de cela que celui que l'on peut voir n'est pas Dieu, bien que dans la parole de Dieu, dans les crits des prophtes, ou des Aptres, on ait pu lui avoir donn le nom de Dieu, ou autre surnom sem****le. Il n'y a donc pas se tromper ; toutes les fois que ce nom est employ, cest dans un sens mtaphorique qu'il faut le prendre ; ainsi dans le Pentateuque attribu Mose, on donne le nom de dieu toutes les manifestations de la puissance divine.
    Dans l'Exode (XXIII.) Dieu dit : " voici j'envoie un ange devant toi pour te garder en chemin et pour t'amener au lieu que t'ai prpar. Prends garde lui, et coute sa voix ; ne lui sois pas dsobissant, car il ne pardonnera point vos pchs ; car mon nom est en lui. Lorsque mon ange marchera devant toi ". La colonne de feu qui marchait devant les Isralites pendant la nuit, et celle de nuage qui les accompagnait le jour, sont ici appeles des anges. On appelle Dieu, trs souvent, des hommes vertueux, des Princes, le Diable et mme les brutes. Voici quelques exemples de l'emploi de ce mot (d'aprs la trad. arabe, Londres 1844, pour l'Anc. Test., et pour le Nouveau, d'aprs cette don. Et celle de Beyrouth, 1860).
    On lit dans la Gen. (XVII.). "Lorsque Abraham fut g de quatre-vingt-dix-neuf ans, l'Eternel apparut Abraham et lui dit : Je suis le Dieu tout-puissant, marche devant moi et sois intgre. ... Abraham se prosterna et Dieu lui parla en ces termes. ... J'tablirai mon alliance entre toi et moi, et tes descendants aprs toi, pour leurs gnrations, une alliance perptuelle ; je serai ton dieu et celui de ta postrit. Je te donnerai et je donnerai tes descendants... tout le pays de Canaan, en hritage perptuel, je serai aussi leur Dieu. ... Dieu dit. ... Dieu, lorsqu'il eut achev de lui parler, s'leva de devant Abraham ". Cet interlocuteur visible du patriarche tait un ange, d'aprs les explications donnes ci-dessus et en vertu des mots, " S'leva devant Abraham".
    De mme la Gense appelle Dieu, les trois anges qui apparurent Abraham dans le bocage de Mamr : "l'Eternel lui apparut " (chap. XVIII.) ; au chap. XXVIII., nous lisons le passage suivant. " Jacob partit de Beer-Cheba et alla Harane. Il arriva un endroit o il passa la nuit parce que le soleil tait couch. Il prit une pierre et la plaa sous sa tte, et se coucha dans cet endroit. Il vit en songe une chelle appuye sur la terre, et dont le bout touchait jusqu'au ciel, et les anges de Dieu y montaient et en descendaient. L'Eternel tait plac dessus et dit : Je suis l'Eternel, Dieu de ton pre Abraham et le Dieu d'Isaac ;je te donnerai, ainsi qu' ta postrit, la terre sur laquelle tu es couch. Ta postrit sera comme la poussire de la terre ; tu t'tendras l'Orient, l'Occident, vers le Nord et vers le Midi ; avec toi et ta postrit sera bnie toutes les familles de la terre.
    Et voici que je suis avec toi, je te garderai partout o tu iras, et je te ramnerai dans ce pays, car je ne t'abandonnerai point que je n'aie fait ce que j'ai annonc. Lorsque Jacob se rveilla de son sommeil, il dit : Certainement l'Eternel est en ce lieu, et je n'en savais rien. Il eut peur et dit : Que ce lieu est redoutable, cest ici la maison de Dieu, et voici la porte du ciel. Jacob se leva de bon matin, prit la pierre qu'il avait place sous sa tte, la dressa pour monument et versa de l'huile sur le sommet. Il nomma ce lieu Beth-el, au lieu de Louza, qui fut d'abord le nom de la ville. Jacob fit un vu en ces termes : Si Dieu est avec moi et qu'il me garde dans le voyage que je fais ; qu'il me donne du pain manger et des habits pour me vtir ; que je retourne en paix la maison de mon pre, l'Eternel sera mon Dieu. La pierre que j'ai dresse pour monument sera la maison de Dieu, et je donnerai la dme de ce que tu me donneras".
    Dans la 1re Eptre de Jean (IV. 8, 16). " Celui qui n'aime pas, n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour. ... Et nous avons connu et cru l'amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour. Et celui qui demeure dans l'amour, demeure en dieu, et Dieu demeure en lui". Ici l'amour mme est appel Dieu. En outre, dans de nombreux endroits des Ecritures, ce nom de Dieu est donn des idoles ; le matre, le Seigneur est souvent aussi appel Dieu.
    Dans l'Evangile de Jean (I. 38), le mot Rabbi (mon seigneur) est expliqu par matre : Et ils lui rpondirent : Rabbi (cest dire, matre), o demeures-tu ? En conclusion, l'emploi du nom Dieu, dans l'Ecriture, n'est souvent qu'une expression mtaphorique, qui ne peut et ne doit jamais tre prise dans le sens propre quand elle s'applique des tres ou des choses terrestres.

  3. #3
    Join Date
    Oct 2008
    Posts
    78
    Last Activity
    15-07-2009
    At
    11:28 PM

    Default

    ... .

  4. #4
    Join Date
    Oct 2008
    Posts
    30
    Last Activity
    01-06-2009
    At
    04:50 PM

    Default



    merci beaucoup mon frere .barakallaho fik.

12arguments contre LA TRINITE

Thread Information

Users Browsing this Thread

There are currently 1 users browsing this thread. (0 members and 1 guests)

Similar Threads

  1. Refutation de la trinite
    By in forum Forum Franais
    Replies: 2
    Last Post: 03-08-2008, 11:00 PM

Tags for this Thread

Bookmarks

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  

12arguments contre LA TRINITE

12arguments contre LA TRINITE