Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

Last Post: | == == | : : !! Last Post: | == == | ! ( ) Last Post: | == == | ! Last Post: * * | == == | # _ 1 : Last Post: * * | == == | Last Post: * * | == == | .... Last Post: K.O | == == | Nayer.tanyous Last Post: | == == | Last Post: . | == == | Last Post: | == == |


 

       

         

 

    

 

 

    

 

Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

Results 1 to 8 of 8

Thread: Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

  1. #1
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

    Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.


    Ceux qui non pas lu des livres et des articles sur la thorie de lvolution, on dj entendu parler de cette thse qui sort du commun des recherches et preuve scientifique avant le 19me sicle.
    Avant de prsent quelque observations la rfutant, il est ncessaire de vous donnez un aperu rapide sur elle.


    Prsentation gnrale de la thorie :

    Les thories de l'volution sont un ensemble de thories scientifiques dcrivant le processus biologique par lequel les populations d'tres vivants se modifient au cours du temps et donnent naissance de nouvelles espces.
    L'ide d'volution peut se trouver dj chez certains philosophes grecs ou musulmans, mais ce n'est qu' partir du XIXe sicle que de vritables thories proposant une explication du phnomne de l'volution des espces ont t dveloppes. Si la thorie du transformisme de Lamarck a ouvert la voie, la rvolution volutionniste est arrive avec Charles Darwin et son ouvrage De l'origine des espces (1859) dans lequel deux grandes ides, appuys par des faits, mergent : l'unit et la diversit du vivant s'explique par l'volution, et le moteur de l'volution adaptative est la slection naturelle. En profonde contradiction avec les ides philosophiques et religieuses dominantes de l'poque, De l'origine des espces obtient un cho consquent et convainc rapidement la majorit des biologistes de la ralit de l'volution.
    Avec la thorie synthtique de l'volution qui regroupe les ides de Darwin avec celles de Mendel, l'volution fait l'objet d'un large consensus scientifique sur ses fondements et ses mcanismes depuis le milieu du XXe sicle. L'unit de l'volution est considre comme tant non pas l'individu mais la population, et la microvolution est ainsi actuellement dfinie comme le changement de la frquence des allles au sein d'un pool gntique, transmissible de gnration en gnration. Par extension, le terme recouvre l'ensemble des mcanismes biologiques qui font varier la frquence et/ou le nombre des allles. Par opposition, la macrovolution se rfre aux changements morphologiques, anatomiques et physiologiques des espces au cours des temps gologiques.
    Dans la biologie contemporaine, si l'ide que les espces voluent ne fait plus aucun doute, les dtails des mcanismes qui permettent d'expliquer cette volution font toujours l'objet de recherches et sont parfois au cur de controverses scientifiques et mdiatiques. La thorie de l'volution se heurte galement a une vive opposition de la part de certains milieux religieux fondamentalistes, notamment pour son incompatibilit avec une interprtation littrale des t.ex.tes religieux.

    A SUIVRE

  2. #2
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Cet article peut bien offenser les adeptes de cette thorie, et qui la dfendent avec toute leur force.
    Avant de mettre votre rage dans les commentaires, je vous demande de bien regarder cette photo.




    Est-ce que tu acceptes que je te compare un singe ??!!!!

    Si quelquun tinsulte et te dis que tu ressembles un gorille, tu deviens tout rouge, et tu voudras ltrangler.

    Mais si un scientifique, te mets devant un tableau, et met ta photo, et celle dun ouistiti, et avec quelque formules que tu ne connais pas, et ton bagage scientifique ne te permet pas de les comprendre, tape par tape il va conclure que le ouistiti et toi vous ne faite quune seul entit.

    Sinon ton ami le scientifique va terminer par te dire que ton existence nest quun hasard, BOOOMMEE est test l ????!!!!!

    Avec un peu de rflexion, quest ce que tu prfre ?? Que ton arriver au monde soit parfaite ou bien un ouistiti Qui sest dvelopp???, et qui sais, a peu tre rversible, et un jour tu te rveil, avec plein de poiles et tu ne mangeras que des BANANNES et tu vivras au sommet des arbres.
    Je mets entre vos mains une tude rfutant ce dlire de lvolution de lhomme.

    A SUIVRE CEST INTERESSANT.

  3. #3
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    DES FAITS SCIENTIFIQUES REFUTENT LA THEORIE DE L'EVOLUTION


    (harun yahya)

  4. #4
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Les fossiles rfutent la thorie de l'volution


    La thorie de l'volution suppose qu'entre les espces vivantes, un grand nombre de formes intermdiaires existrent autrefois, et que leurs restes doivent se retrouver dans les fossiles. Mais les fouilles menes par les volutionnistes dans l'espoir de confirmer leur thorie sont restes vaines. L'volutionniste David Kitts, un Professeur de l'Universit d'Oklahoma, admet que : "L'volution ncessite des formes intermdiaires entre les espces, et la palontologie ne les a pas fournies". ( David B. Kitts, "Paleontology and Evolutionary Theory", Evolution, vol. 28, septembre 1974, p. 467 )
    A ce jour, quelques 100 millions de fossiles de 250.000 espces diffrentes ont t dterrs et chacun d'entre eux fournit la preuve de la cration.


    Quels faits provenant des strates fossiles invalident l'volution ?


    Dans les couches fossiles, on rencontre deux faits importants prouvant que l'volution n'a jamais eu lieu :
    1) Constance
    La plupart des espces ne montre aucun changement directionnel au cours de leur existence sur terre. Elles apparaissent dans les enregistrements fossiles de forme identique qu'au moment de leur disparition, les changements morphologiques sont souvent limits et sans direction.
    2) Apparition soudaine
    Dans n'importe quelle zone localise, une espce n'apparat pas graduellement par la transformation rgulire de ses anctres ; elle apparat tout d'un coup et "pleinement forme". ( S. J. Gould, "Evolution's Erratic Pace", Natural History, vol. 86, mai 1977, p. 14 )


    Les affirmations d'une "volution humaine" sont invalides


    L'arbre gnalogique de l'homme s'est rvl tre une construction totale de l'imagination des volutionnistes. Les volutionnistes ont propos que les tres humains ont volu graduellement, de lAustralopithque en Homo habilis , en Homo erectus et finalement en Homo sapiens . Ils ont donn l'impression que chacune de ces espces d'hominids tait le prcurseur de celle qui a suivi. Les dernires dcouvertes des paloanthropologiques, cependant, montrent que les Australopithques , Homo habilis et Homo erectus vivaient en fait la mme poque, mais dans des endroits diffrents du monde. Cela invalide totalement le mythe volutionniste - qu'ils taient les prcurseurs et les descendants des autres dans l'arbre gnalogique de l'homme.


    Jouer au jeu de reconstruction des fossiles


    Une indication que la thorie de l'volution est fonde sur des tromperies, plutt que des preuves scientifiques, est la prparation d'images et de modles d'espces teintes dont seuls quelques fragments d'os ont t dcouverts.
    Dans de telles reconstructions, les tissus mous comme les lvres, le nez et les oreilles sont gnralement reprsents de telle manire suggrer que la crature vivante ressemblait un homme-singe. Cependant, le fait est que de tels tissus ne se fossilisent pas et qu'il est impossible de dterminer leur structure partir des os. Ces caractristiques sont les seuls produits de l'imagination prconue des volutionnistes.


    Les formes de vie du Cambrien rfutent la thorie de l'volution


    Des catgories principales d'animaux (phylums) telles que les mollusques et les chords, pratiquement toutes sont apparus au cours de la priode cambrienne, il y a quelques 530 millions d'annes. Tandis que seulement un ou deux phylums existaient la priode prcambrienne, plus de 50 phylums apparurent soudainement cette poque, dans de nombreuses rgions du monde. Tandis que les formes prcambriennes affichaient des structures simples, celles du Cambrien sont incomparablement complexes - la preuve que ces tres vivants sont apparus d'un seul trait, sans suivre d'volution.

  5. #5
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Les "fossiles vivants" rfutent la thorie de l'volution


    La seule existence de ces cratures rfute de manire frappante la thorie de l'volution. Ces espces sont connues sous le nom de "fossiles vivants" puisqu'elles sont restes inchanges aprs des millions d'annes, leurs reprsentants modernes tant identiques aux spcimens des enregistrements fossiles. Les fossiles vivants d'aujourd'hui incluent un grand nombre d'espces, des fourmis aux arbres, et des chauves-souris aux requins. Cela confirme dfinitivement qu'au cours de l'histoire de ces espces, aucune volution n'a eu lieu.


    L'imposture de "l'homme de Piltdown"


    Ce fossile est le rsultat d'une grande imposture qui a tromp le monde scientifique durant des annes. Les volutionnistes affirmrent qu'un crne dcouvert prs de Piltdown en Angleterre tait celui d'un homme-singe. Ce crne avait des caractristiques humaines, et la mchoire ressemblait celle d'un orang-outang. Pendant 40 ans, le clbre British Museum l'exposa en tant que preuve de l'volution. En 1953, cependant, la vrit clata au grand jour : l'homme-singe tait une imposture. Un crne d'humain et une mchoire d'orang-outang avaient t combins pour donner l'impression d'un homme-singe ! ( Kenneth Oakley, William Le Gros Clark & J. S., "Piltdown," Meydan Larousse, vol. 10, p. 133 )


    Le scandale de "l'homme du Nebraska"


    Une molaire fossilise dcouverte dans l'tat amricain du Nebraska en 1922 montre comment les volutionnistes utilisent leur imagination pour interprter les dcouvertes. Ils affirmrent que la molaire appartenait un homme-singe, et mme si, part cette dent, aucun autre reste de ce soi-disant homme-singe ne fut dcouvert, les volutionnistes n'eurent aucun scrupule devant les interprtations artistiques le reproduisant, en mme temps que sa famille. Cependant, l'affaire clata avec un grand embarras cinq ans plus tard quand on dtermina finalement que la dent en question tait celle d'un cochon !



    La vrit propos de l'anctre imaginaire des oiseaux


    Les volutionnistes ne font plus rfrence l'Archæoptryx comme une "forme intermdiaire" entre les reptiles et les oiseaux. Des tudes sur ce fossile montrent maintenant que ce n'est pas une forme de transition, mais dfinitivement une espce teinte d'oiseau, malgr certaines caractristiques diffrentes de celles des espces modernes. (Pendant de nombreuses annes, le fait que l'Archæoptryx ait des serres tait considr comme une preuve importante de son statut de forme intermdiaire. Mais l'Hoazin, un oiseau vivant encore de nos jours, possde aussi des serres et c'est un oiseau normal sous tous les angles)
    La prsence d'un sternum prouve que l'Archæoptryx avait de puissants muscles de vol, et la structure asymtrique de ses plumes, identique celle des oiseaux modernes, montre que de toute vidence cette crature tait capable de voler parfaitement.



    La slection naturelle ne mne pas l'volution !


    La slection naturelle n'a pas le pouvoir de faire voluer les tres vivants. Elle signifie simplement la survie des individus les mieux adapts leurs conditions environnementales. Par exemple, quand un prdateur menace une horde de cerfs, ceux qui sont capables de fuir survivront, et la horde se rduira au final aux animaux les plus rapides. Mais ce processus est limit, et il ne provoquera pas l'volution des cerfs en d'autres espces. Car l'information gntique concernant le squelette et la physiologie musculaire du cerf est stocke dans son ADN, et la lutte contre les prdateurs ne change en aucun cas cette composition gntique.


    A SUIVRE

  6. #6
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Les erreurs concernant l'embryon humain


    Au 19me sicle, les volutionnistes prsentrent la thorie errone de la rcapitulation. Ils affirmrent qu'au cours de son dveloppement dans l'utrus de sa mre, l'embryon humain montre d'abord les caractristiques d'un poisson, puis celles d'un reptile, avant de prendre finalement les caractristiques humaines. Comme l'embryologie avana, des tudes approfondies des tissus rfutrent cette thorie. Les supposes "oues" au cours des premiers stades de l'embryon se sont plus tard avres tre les prcurseurs des glandes parathyrodes et du thymus, et du canal moyen de l'oreille. La portion de l'embryon qu'ils dcrivaient comme une "queue" est en fait la colonne vertbrale. Et ainsi la thorie que le dveloppement embryonnaire d'un individu reflte les prtendues tapes volutionnaires a t condamne la poubelle de l'histoire.



    La "bipdie" invalide la prtendue volution humaine


    Les tres humains peuvent marcher debout grce l'arrangement trs sensible de leurs muscles, de leurs nerfs et de leurs os qui sont attachs les uns aux autres. Selon les volutionnistes, les tres humains ont du acqurir la marche debout travers un processus au cours duquel les singes ont adopt une posture droite via des mutations dues au hasard (!). Cependant, la complexit biomcanique de la bipdie ne peut apparatre via une volution, car la moindre mutation apparaissant dans un groupe d'os ou de muscles interfrera avec un systme qui fonctionne comme un tout. Tout comme un changement alatoire au mcanisme d'une montre l'endommagera, la bipdie n'a pu se dvelopper au moyen de mutations alatoires. Les dcouvertes de la biomcanique confirment cela, en montrant qu'un tre vivant peut soit marcher debout, soit sur quatre pattes. Un type de marche entre les deux est impossible.



    La "srie" de chevaux est une tromperie


    En face des faits scientifiques, les volutionnistes ont t forcs d'abandonner le mythe de "l'arbre gnalogique" du cheval. La srie de chevaux a t produite par l'imagination des volutionnistes, et plus tard invalide par la dcouverte que les cratures dont les volutionnistes arrangeaient les fossiles en squence taient en fait contemporaines, vivant au mme endroit simultanment. Cela montre l'invalidit de l'affirmation qu'une espce peut tre l'anctre volutionnaire d'une autre.



    L'erreur du coelacanthe : les poissons ne se sont pas dvelopps en amphibiens quatre membres

    Les volutionnistes considraient autrefois les fossiles du coelacanthe - un poisson rhipidistien que l'on pensait teint depuis 70 millions d'annes - comme une forme intermdiaire entre les poissons et les amphibiens, dans leur scnario de transition de l'eau vers la terre. En 1938, cependant, un spcimen vivant de coelacanthe fut pch dans l'Ocan Indien. Jusqu' maintenant, plus de 200 spcimens ont t attraps. Les tudes de ces coelacanthes modernes ont rvl que ce poisson n'a rien de transitionnel, mais qu'il possde une structure complte parfaite, et que les interprtations prcdentes bases sur ces fossiles sont entirement errones.



    La distorsion des similarits entre l'homme et le singe


    L'affirmation que les tres humains et les singes sont similaires 99% est base sur la similarit des squences d'acides amins dans quelques 30 40 protines fondamentales qui se retrouvent la fois chez l'homme et chez les singes. Mais les tres humains possdent environ 30.000 gnes, et ces gnes codent environ 100.000 protines. Sur la base de 40 protines sur 100.000, il n'y a aucun fondement scientifique pour affirmer que 99% des gnes humains et de singes sont identiques. Cette gnralisation est aussi absurde que de dire que deux livres pais, dans lesquels seulement trois phrases sont identiques, doivent reprsenter le mme ****e.



    La complexit irrductible


    La thorie de l'volution est base sur l'ide d'un dveloppement graduel. Mais le concept de la complexit irrductible l'invalide. Par exemple, des structures telles que les glandes lacrymales, la rtine et l'iris, qui forment ensemble l'il humain, n'ont pu se former via un processus graduel o chacune d'entre elles apparat l'une aprs l'autre. Car la vision ne peut fonctionner que lorsque tous les composants de l'il sont pleinement forms. Si un seul est absent, alors l'organe ne sert rien et il dgnrera jusqu' l'limination par la slection naturelle.

    A SUIVRE

  7. #7
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    Le mcanisme imaginaire des mutations


    Les mutations sont des erreurs de copie dans les squences nuclotidiques de la molcule d'ADN. Elles peuvent survenir suite des radiations ou des produits chimiques. Ces squences de nuclotides sont extrmement complexes. Tout comme les lettres doivent tre places dans un ordre spcifique pour composer un long ****e, des millions de nuclotides doivent tre placs selon une squence spcifique pour composer un gne. Des mutations alatoires ayant lieu dans les gnes ne causeront que des dommages, gnralement trop importants pour tre rpars par la cellule, menant des difformits et mme la mort. Les gens exposs aux radiations Hiroshima, Nagasaki et Tchernobyl sont des exemples vivants de cela. L'adhsion des volutionnistes un tel mcanisme dont les effets destructeurs sont flagrants est en soi une indication de la situation dsespre dans laquelle ils se trouvent.


    Les variations ne signifient pas volution


    Grce aux variations, les individus de n'importe quelle espce vivante affichent des caractristiques diffrentes les uns des autres. Par exemple, certaines personnes ont les cheveux roux alors que d'autres sont blonds ; certains sont grands, d'autres petits - cette varit est permise par le potentiel de leur ADN, exprim par diffrentes combinaisons d'information gntique. Cependant, de telles variations ne peuvent mener l'volution, car elles ne produisent pas de nouvelles informations gntiques. C'est pourquoi, quel que soit le nombre de croisements effectus par une personne pour amliorer des pigeons voyageurs, elle ne produira jamais une espce diffrente, comme des hirondelles.

    La merveille chez les mouches


    Une mouche peut battre ses ailes 500 fois par seconde, simultanment. Il n'y a jamais le moindre incident dans le mouvement de ses deux ailes, et la mouche ne perd jamais l'quilibre. Cette capacit est rendue possible par des mcanismes merveilleux une chelle microscopique. Dans les cellules des muscles des ailes de la mouche, les filaments d'actine et de myosine se tirent et se poussent, et font se dplacer les ailes. De plus, les mouches apparaissent soudainement dans les enregistrements fossiles. Aucune forme de transition entre des formes sans ailes et avec ailes n'a t trouve.
    Comme tous les autres tres vivants, les mouches n'ont pas volu, mais sont apparues par la cration de Dieu Tout-Puissant et Omniscient.



    L'volution ne peut expliquer l'origine du moindre gne


    L'ADN humain contient quelques 30.000 gnes, et il est impossible qu'un seul d'entre eux ait pu apparatre par hasard. Le biologiste volutionniste Frank Salisbury admet :
    "Une protine moyenne peut comporter environ 300 acides amins. Le gne de l'ADN contrlant cela aura environ 1.000 nuclotides dans sa chane. Puisqu'il y a quatre types de nuclotides dans une chane d'ADN, une chane constitue de 1.000 liens peut exister sous 41000 formes. En utilisant un peu d'algbre (les logarithmes), on peut voir que 4 1000 = 10 600 . 10 multipli par lui-mme 600 fois donne le chiffre 1 suivi de 600 zros ! Ce nombre est compltement au-del de notre comprhension." ( Frank B. Salisbury, "Doubts about the Modern Synthetic Theory of Evolution", American Biology Teacher, septembre 1971, p. 336 )



    L'chec de l'exprience de Miller


    Depuis des annes, l'exprience de Miller tait prsente comme une preuve pour la thorie de l'volution, mais elle a du tre abandonne suite aux dcouvertes scientifiques concernant l'atmosphre primordiale de la Terre tout autant qu'aux imperfections de l'exprience. Ces recherches sur l'origine de la vie - auxquelles les volutionnistes attachaient une norme foi - furent menes en 1953 par le scientifique amricain Stanley Miller. Miller obtint quelques acides amins aprs avoir chauff un mlange de gaz dont il supposait l'existence dans l'atmosphre primordiale de la Terre. Mais en 1985 il admit que ses conditions exprimentales ne refltaient pas prcisment les conditions de l'atmosphre primitive. Par consquent, son exprience tait invalide. ( Stanley Miller, Molecular Evolution of Life: Current Status of the Prebiotic Synthesis of Small Molecules, 1986, p. 7 )

    A SUIVRE

  8. #8
    Join Date
    Apr 2008
    Posts
    334
    Last Activity
    12-07-2010
    At
    11:55 PM

    Default

    L'exprience de Fox : une autre tentative vaine


    Influenc par le scnario d'volution de Miller, Sydney Fox mena des expriences au cours desquelles il combina diffrents acides amins en molcules qu'il nomma "protinodes". Cependant, ces chanes d'acides amins, qui ne servent rien, ne ressemblaient en rien aux protines habituelles prsentes chez les tres vivants. Ce n'tait rien d'autre que des tches chimiques irrgulires. De plus, on a expliqu que mme si de telles molcules s'taient formes durant les ges primaires, elles auraient finalement t dtruites. ( S. W. Fox, K. Harada, G. Kramptiz, G. Mueller, "Chemical Origin of Cells", Chemical Engineering News, 22 juin 1970, p. 80 )


    La preuve que les affirmations "d'organe vestigial" sont fausses


    L'affirmation d'organe vestigial, dans les ****es volutionnistes, a maintenant t abandonne en face des dcouvertes scientifiques modernes. Les volutionnistes affirmaient autrefois que des organes comme l'appendice, le semi-luminaris et le coccyx taient des vestiges, simplement du fait qu'ils ne connaissaient pas les fonctions de ces organes. Dans les paroles du zoologiste volutionniste S.R. Scadding : "Au fur et mesure de l'augmentation de nos connaissances [en biologie] la liste des structures vestigiales a diminu." ( S. R. Scadding, "Do vestigial organs provide evidence for evolution?", Evolutionary Theory 5 : 173, 1981 )


    Le dilemme de la transition de l'eau la terre


    Les tres vivants, tellement complexes physiologiquement, sont diviss en groupes avec des barrires insurmontables entre eux. Des dcouvertes montrent que le scnario o un poisson sort de l'eau et se transforme en crature quatre pattes n'est pas scientifique. Puisqu'un poisson ne peut survivre plus d'une minute ou deux hors de l'eau, tous les poissons quittant l'eau mourront en quelques minutes, un par un. Mme si cette situation se poursuit pendant des millions d'annes, elle ne changera pas. Les poissons mourront tous, car un organe aussi complexe que les poumons ne peut se former suite un "accident" soudain via une mutation.


    L'invalidit du scnario du "monde de l'ARN"


    Les expriences rates de Miller et Fox ont men les volutionnistes chercher de nouveaux modles exprimentaux. Ils en sont ainsi venus thoriser que la vie commena avec des molcules d'ARN (une forme d'acide nuclique), capables de se copier elles-mmes. Selon eux, dans le monde primordial, l'ARN pouvait se rpliquer sans l'assistance de protines et tait capable de mener chaque tape de la synthse protinique. Mais sur les quadrillions de molcules d'ARN synthtises artificiellement en laboratoire, aucune n'a montr de telles caractristiques. La chimie a rvl que la thse du "monde de l'ARN" est compltement impossible.


    Les protines dfient le hasard


    Les protines constituent les briques de base de toutes les cellules vivantes et elles assument un grand nombre de fonctions dans celles-ci. Les protines sont constitues d'un nombre et de varits spcifiques de molcules d'acides amins arranges selon une squence particulire. Cette squence est tellement prcise que si un seul acide amin manque ou n'est pas la bonne place, alors la protine entire ne servira rien. Par consquent, chaque acide amin doit tre exactement la bonne place, dans la squence correcte. Il n'y aucune possibilit qu'une telle squence survienne par hasard. Par exemple, la probabilit qu'apparaisse une protine de 288 acides amins de 12 types diffrents, ayant la bonne squence, n'est que de 1 sur 10300 - en d'autres mots, pratiquement nulle (en mathmatique, les probabilits infrieures 1 sur 1050 sont considres comme tant "0") Voir Emile Borel, Elements of the Theory of Probability, Prentice Hall, Englewood Cliffs, NJ, 1965)



    Le "flagelle bactrien" donne un coup fatal l'volution


    Un autre exemple frappant de complexit irrductible est le flagelle, utilis par certaines bactries pour se dplacer dans leur environnement liquide. Cet organe est attach la membrane cellulaire de la bactrie, et la bactrie le bouge en rythme comme une nageoire pour se propulser dans la direction et la vitesse qu'elle choisit. Cet organe fonctionne via un "moteur organique" trs complexe, compos de quelques 240 protines. Si la moindre partie du flagelle manque ou possde un dfaut, la structure ne fonctionne pas. Le flagelle bactrien doit avoir fonctionn sans dfaut depuis le moment o il est apparu. Cela prouve que la bactrie, comme tous les autres tres vivants, a t cre dans sa globalit.


    L'volution ne peut expliquer l'information de l'ADN


    L'information gntique dterminant le plan structurel d'une personne, depuis son apparence externe jusqu' ses organes internes, est enregistr avec un systme d'encodage spcial dans l'ADN. Pour crire cette information gntique sur papier, il faudrait une librairie gigantesque comprenant environ 900 volumes de 500 pages chacun. Mais cette quantit incroyable d'information a t encode dans notre ADN. Affirmer que l'information de la "librairie" de l'ADN humain soit apparue par hasard est aussi irrationnel que de croire que les cailloux jets sur une plage par les vagues pourraient crire l'histoire entire de l'humanit.


    Ltre humain a tait perfectionner avec la plus grande justesse par DIEU le tout puissant, et il na laisser rien au hasard. Il nous a dot dun esprit quon doit utiliser pour reconnatre le vrai du faux.
    Pourquoi on laisse les autre nous manipuler par des propos injuste, nous humilier dans ce qui est le plus saint dans notre existence (notre source et notre cration).
    Les auteurs de ces thories se sont gars non seulement des principes religieux, mais mme des principes de base de la recherche scientifique. La preuve cest que ds le dbut cette faux thse a tait rfut.

    Dieu le tout puissant a dit dans le CORAN :


    Pensiez-vous que Nous vous avions crs sans but, et que vous ne seriez pas ramens vers Nous?"
    Sourat 23 versets 115.

    ( ) 115

Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

Thread Information

Users Browsing this Thread

There are currently 1 users browsing this thread. (0 members and 1 guests)

Similar Threads

  1. Jesus as, n'a jamais dit je suis l'alpha et l'omga
    By Abou Anass in forum Forum Franais
    Replies: 3
    Last Post: 16-04-2008, 04:31 AM
  2. Un autre miracle du coran: pensons nous par le coeur?
    By Abou Anass in forum Forum Franais
    Replies: 1
    Last Post: 01-03-2008, 02:55 PM

Tags for this Thread

Bookmarks

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  

Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.

Je suis cre ou jai volu dun autre spcimen naturel.