Au nom dAllah Le Tout Misricordieux le Trs Misricordieux
Louange Allah, nous le louons et nous implorons son secours et nous demandons son pardon, nous demandons Allah de nous protger du mal de nos mes et de nos mauvaises actions. Celui quAllah guide, personne alors ne lgarera, et celui quil gare, personne ne pourra le guider.

Les miracles de Mose, de Jsus et de Mohammed, que le salut d`Allah et la paix soient sur eux, ne sont pas limits ceux que nous avons dcrits, ce n`est qu`une mise en vidence de ce que chacun d`eux a lanc comme dfi son peuple, il (chaque envoy cit ci-dessus) a plac (ce dfi, ce miracle) comme une base sur laquelle il a difi son prche et a confirm sa lgislation. Sinon, eux et les autres envoys possdaient divers signes vidents et preuves manifestes qui ont dmontr leur sincrit autre que le dfi lanc leurs peuples respectifs. Parmi ces signes :

1) Ceux qui sont en relation avec leur vie avant leur mission, Allah les a certes prpars porter les fardeaux de leur mission.

2) Ceux qui sont propres leur inbranlable constance (lors des dures preuves) et la force de leur duret dans le cadre du prche et de la guerre sainte dans le chemin d`Allah, du fait de leur nombre minime et de leur faible grade en face de la richesse de leur ennemi, de leur grand nombre et de la force de leur pouvoir et autres (supriorits), ce qui prouve bel et bien la sincrit du prcheur dans son prche et sa parfaite certitude dans ce quoi il appelle.

3) Ceux qui relatent de la lgislation religieuse laquelle ils appellent ( appliquer) qui est saine de tout dfaut, de leur sagesse dans le fait d`amener les gens l`adopter, dans la force de leurs arguments en ce qui concerne la dfense de cette religion. Et ce que l`histoire a tmoign des traces de la droiture des communauts qui se sont guides ( sa lumire) du point de vue du domaine politique, social, conomique et militaire et autres points propres l`tat des peuples. Et, ds le moment ou il l`ont falsifie de son origine et l`ont interprte faussement ou, l`ont dlaisse et abandonn son application, leur tat s`est alors dgrad et leur situation empire. le terme (de cette vie) revient aux pieux, alors que la dception et la perdition sont l`aboutissement des corrompus.

Ceci nous prouve donc que le message n`est donc pas du charlatanisme et de la divination. Les envoys ont t reconnus par leur sincrit et la confiance qui leur est porte, alors que les diables ne descendent que sur ceux qui leur ressemblent dans ce qui est du mensonge, de la calomnie et de la diffamation, Allah, Le Trs-Haut, dit :

(221) (222)

"([Vous apprendrai-je sur qui les diables descendent ? 222. Ils descendent sur tout calomniateur, pcheur. 223. Ils tendent l'oreille... Cependant, la plupart d'entre eux sont menteurs] )" (Les potes 221 223)
Et si les diables se rapprochent le plus prs possible du ciel afin de capter ce qui y est dit ou afin d`intercepter la rvlation (qu'Allah transmet ses envoys) alors ils ne trouveront pas de chemin les menant cela, Allah dit propos du Coran :
(210) (211)

"( [Et ce ne sont point les diables qui sont descendus avec ceci (le Coran): 211. cela ne leur convient pas ; et ils n'auraient pu le faire. 212. Car ils sont carts de toute coute (du message divin)])" (Lles potes 210 212)


Le message n`est pas non plus de nature potique, relevant du talent des potes et ce que leurs mes leur dictent. Les potes, sauf pour ceux qu`Allah a protgs, empruntent tous les chemins (de leur passion) et s`aventurent dans tous les domaines (de leur imagination). Ceux qui suivent leur chemin sont alors semblables eux pour ce qui est de la transgression (des lois divines) et du dsordre (morale et physique).

Parmi les miracles, il y a ceux qui concernent des signes palpables, par lesquels Allah a favoris ses envoys et ceux qui avec eux ont cru. Ces miracles sont comme tels :

> la dissipation des malheurs et des dures preuves, les phnomnes qui sortent de l'ordinaire, ces phnomnes sont demands par les communauts qui ont dpass (les limites d`Allah) et se sont enttes (dans leur mcrance), l'exemple de la lune lorsqu`elle s`est fendue, suite a t donne ces demandes dans le but de repousser l'embarras des prophtes et d`affermir leur pas (dans le chemin du prche) et qu`aucun reproche ne leur est fait de la part de ceux qui ont mcru en eux.

> L'apprentissage de l'artisanat et la facilit de sa ralisation, comme le coulage de cuivre, l`amollissement du fer (accords au prophte David, que la paix soit sur lui) ce qui va l`encontre des rgles gnrales universelles, et ceci afin que ce soit un signe et une faveur qui lui (David) sont allous. De plus, c`est une misricorde et une facilit pour les hommes (pouvant ainsi utiliser le fer et le cuivre pour leurs propres intrts).

> L'assujettissement du vent, des oiseaux et des djinns pour l'intrt de Souleymane, que la paix d`Allah soit sur lui. Et bien d`autres miracles que le ne peut dnombrer si ce n`est Allah. Et ceux qui ont parcouru les rcits des prophtes dans le Coran et les livres de biographies, en trouveront un nombre important. Je citerai, si Allah le veut, aprs rflexion, la face cache de certains de ces miracles.

Allah, puret lui, a certes clairci son prophte Mohammed, que la paix et le salut d`Allah soient sur lui, partir de beaucoup de rcits du Coran, la voie exemplaire qui, par elle, renforce son message et qui comble le besoin de sa communaut. Il, puret lui, lui a indiqu que ces rcits sont des signes vidents qui obligent (les gens de sa communaut) rpondre son appel concernant la croyance en son message et la foi en tout ce qui leur est venu de lui, de la part d'Allah.
Allah dit dans son livre :



"(L'Heure approche et la lune s'est fendue)" (La lune- 1) (N.D.T)

(10) (11)

(Nous avons certes accord une grce David de notre part. Ô montagnes et oiseaux, rptez avec lui (les louanges d'Allah). Et pour lui, Nous avons amolli le fer. 11. (en lui disant): Fabrique des cottes de mailles compltes et mesure bien les mailles. Et faites le bien. Je suis Clairvoyant sur ce que vous faites. 12. Et Salomon (Nous avons assujetti) le vent, dont le parcours du matin quivaut un mois (de marche) et le parcours du soir, un mois aussi. Et pour lui nous avons fait couler la source de cuivre. Et parmi les djinns il y en a qui travaillaient sous ses ordres, par permission de son Seigneur.) [(Saba 10 12) (N.D.T)]
Par contre, la sorcellerie est le produit et l'acte du sorcier, que ce soit des amulettes, de l'loquence, de la mdisance ou autre. Elle a ses causes et ses moyens qui produisent leurs rsultats pour celui qui les matrise, les connat parfaitement et les pratique. Elle ne sort pas donc de l'ordinaire et n'est pas contraire l'ordre universel dans ce qui est de la relation existante entre les causes et leurs consquences et celle prsente entre les moyens et leurs fins.

2. Le miracle apparat chez une personne qui revendique la prophtie, afin que ce soit un signe de la vracit de son message qui mne la guidance des gens aprs qu'ils aient t gars, qui sort ces gens des tnbres vers la lumire, et qui oriente vers ce qui leur est bnfique pour leur croyance, leur corps et leur bien. Par contre, la sorcellerie est un trs mauvais comportement ou un gagne-pain ou une illusion par lesquelles le sorcier feinte les gens et les gare. En effet, il les trompe, eux et ceux qui sont sous leur responsabilit. Il pratique (la sorcellerie) pour gagner sa vie de faon illicite, il divise entre les poux et entre les amis, en tout et pour tout, il dtriore l'tat de la communaut de manire insidieuse sans que les gens se rendent compte de quelque chose.

3. Le comportement de celui avec qui est apparu le miracle est lou, et la fin de sa vie est sereine, son discours et ses actes sont clairs, sa parole est sincre, sa conduite est parfaite, il est gnreux, il donne sans compter, en aucune faon, il ne dsire ce que possdent les gens comme biens. Il appelle la vrit et la dfend avec force et courage. Contrairement, le sorcier, a une vie malsaine, et la fin de son existence est dsastreuse, il trahie et trompe sans cesse et il est de trs mauvaise compagnie. il prend et ne donne pas, il appelle au faux et s'efforce continuellement de ne pas rvler son vrai visage de peur que les gens dcouvrent son secret. De ce fait, le mal et le dsordre qu'il dsire ne se concrtisent jamais.

4. Celui avec qui apparat le miracle, conduit les communauts et les peuples l'unit et le bonheur. Il les guide sur la voie du bien, et par lui, la scurit et la paix sont concrtises et les pays sont librs et la construction est assure. A l'inverse, le sorcier est l'adversaire mme de l'unit, et le prcurseur de la division, des dgts, des dsordres et des troubles.

| Source : Fatawa wa rasaa.il - , page 185