Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

Last Post: * * | == == | : Last Post: | == == | : Last Post: | == == | : ..!!!! Last Post: | == == | Last Post: * * | == == | Last Post: * * | == == | Last Post: * * | == == | Last Post: | == == | Last Post: | == == | Last Post: | == == |


 

       

         

 

    

 

 

    

 

Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

Page 1 of 2 1 2 LastLast
Results 1 to 10 of 16

Thread: Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

  1. #1
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

    La Naissance et la Conscration de Marie, mre de Jsus


    Le rcit sur Jsus (^Ia), fils de Marie est relat dans le Qour'n partir de son grand-pre ^Imrn fils de Mthn. La famille de Mthn, qui tait compose de hauts dignitaire et de savants, jouissait d'une grande considration chez les fils d'Isral.
    Or la femme de ^Imrn (Joachim), Hanah (Anne) fille de Fqor, avait pris de l'ge sans avoir eu d'enfant. Un jour, alors qu'elle se trouvait sous l'ombre d'un arbre, elle fut saisie d'une grande envie de maternit en voyant un oiseau nourrir son petit. Elle invoqua Dieu de lui donner un fils et fit voeu de le consacrer au service de la Mosque si elle tait exauce.
    En effet, les enfants d'Isral pratiquaient une coutume qui consistait en ce que celui qui voulait faire un sacrifice Dieu, quand sa femme tait enceinte dise: "Seigneur, s'il me nat un fils, je Te le consacrerai". Et la mre en faisait autant.
    Ds sa naissance, le garon tait plac sous la tutelle d'un des savants de la Mosque, qui en prenait soin. Une fois pubre, il avait le choix entre rester ou s'en aller.
    ^Imrn mourut pendant que sa femme tait enceinte de Marie. Et Dieu nous relate cet vnement dans le Qour'n en disant, dans le sens:

    "Quand la femme de ^Imrn dit: - Dieu! J'ai fait le voeu de Te consacrer l'enfant que je porte. Agre-le. Tu es, en vrit, Celui qui entend et qui sait."
    (Qour'n 3/35)

    Elle pensait mettre au monde un garon, mais voil que ce fut une fille. C'est en quelque sorte afflige, dconcerte par cet empchement de son voeu qu'elle se lamenta en ces termes rapports par la Parole de Dieu, dans le sens:

    "Dieu! j'ai accouch d'une fille. Mais Dieu savait ce qu'elle avait enfant: un garon n'est pas sem****le une fille - je l'appelle Marie, et je Te demande de la protger, elle et sa descendance, contre tout mal du diable maudit."
    (Qour'n 3/36)

    Lorsqu'elle l'amena la Mosque, les serviteurs furent fort tonns et demandrent au Prophte Zacharie: "Quelle nouvelle coutume vient d'introduire la femme d'^Imrn, en consacrant sa fille?" En effet, les filles n'taient jamais consacres parce qu'elles sont sujettes aux menstrues et qu'une femme se trouvant dans cet tat ne peut pas rester dans la Mosque, ni toucher un Livre Saint, ni faire la prire. Zacharie dit: "C'est l'ordre de Dieu". Ils furent tranquilliss par cette rponse et chacun d'eux voulut avoir le privilge de prendre soin d'une descendante d'un des chefs des fils d'Isral.
    Mais Zacharie dit avoir plus de droits sur elle car sa femme tait la tante de Marie. "Soit! Mais nous allons quand mme trancher par une preuve (jeter le sort)" dirent-ils.
    Ils consentirent jeter leurs plumes (avec lesquelles ils crivaient la Thora) dans le fleuve. Et la plume de Zacharie remonta le courant tandis que les autres coulaient. A la 3me reprise, ils surent que Zacharie avait plus de droits sur elle. Il construisit dans la Mosque une cellule pour Marie, laquelle on ne pouvait accder qu'en utilisant une chelle. Et Zacharie tait le seul la voir; ainsi chaque reprise, entrant l o Marie s'isolait pour adorer Dieu, il trouvait auprs d'elle des fruits d't en hiver, et des fruits d'hiver en t. Ce qui lui fit dire, selon ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:

    "Marie! comment t'es-tu procur cela?" "C'est de la part de Dieu", rpondit-elle, "oui, Dieu fait attribution de Ses dons qui Il veut sans rserve."
    (Qour'n 3/37)

    Car Il est le vritable Possesseur de toutes choses, tandis que nous autres cratures n'en sommes que les dpositaires.

    Cela montre que ce qui s'est pass avec Marie tmoigne de son grade chez Dieu. Elle est une Sainte. En effet, le Saint est un pieux qui, par crainte et amour de Dieu, se conforme strictement aux prceptes de la loi. Il s'acquitte des obligations de la Religion et s'abstient de faire les pchs. Il accomplit beaucoup d'actes surrogatoires, tels que jene, prire, aumne, etc. Il persvre ainsi dans cette voie de droiture jusqu' la certitude, c'est--dire jusqu' la mort. Dieu honore le Saint avec des prodiges (Karmah), qui sont autant de miracles du Prophte qu'il suit correctement. D'autre part, Dieu prserve le Saint contre la mcrance. Et s'il lui arrive de tomber dans un grand pch, il s'en repent sans y persister. Le Saint chemine droit sur la voie du Prophte en observant toutes les pre******ions de Dieu. Il ne profitera donc pas des prodiges qui se ralisent travers lui pour prtendre faussement la Prophtie.

    Zacharie, ayant compris que l'endroit o se tenait Marie tait plein de grce et de bndiction, invoqua Dieu en ce lieu, en disant ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:

    "Mes os sont affaiblis et ma tte resplendit de blancheur; je n'ai jamais t du dans les prires que je T'ai adresses. Je crains mes proches qui viendraient aprs moi."
    (Qour'n 19/4)

    En fait, il craignait qu'aprs lui, quand il n'y aurait pas de prophte de sa descendance, sa religion ne ft nglige. Il dit: "Seigneur donne-moi une descendance bnie. Tu es Celui qui exauce les invocations. (...)"
    C'est alors que les Anges, sur ordre de Dieu, l'appelrent pendant qu'il priait dans le sanctuaire pour lui dire ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:

    "Dieu t'annonce la bonne nouvelle de la naissance d'un fils; son nom sera Yahy (Jean)."
    (Qour'n 19/7)

    Notons que personne avant lui n'avait port ce prnom. On dit qu'il tait ainsi appel parce qu'il avait pour pre et mre deux vieillards, comme s'il avait reu la vie de deux morts.
    Dieu dit qu'il viendra en prcurseur confirmer l'avnement du Messie. Il sera chef, chaste et un des illustres prophtes. La paix sera sur lui le jour de sa naissance, le jour de sa mort et le jour de sa rsurrection. En effet, ce sont l 3 priodes fondamentales pour l'tre humain.
    Jean-Baptiste est n 3 ans avant le Messie, et d'autres ont dit 6 mois. Toujours est-il qu'il avait un bel aspect, une belle voix, et tait trs obissant Dieu. Et ce depuis tout petit.
    Il n'a pas attendu d'tre grand pour comprendre son rle sur la terre. Ainsi des enfants de son ge qui lui disaient un jour: "Allez, viens jouer!" il rpondit: "Ce n'est point pour le jeu que j'ai t cr."
    Dieu tmoigne de sa bont envers ses parents et du fait qu'il n'tait ni un oppresseur ni un dsobissant.
    Son courage et son obissance Dieu feraient plir plus d'un prdicateur de nos jours. Voyons plutt.
    Il y avait un roi du nom d'Hrode qui le tenait en estime et ne faisait rien sans le consulter. Or, voil que ce dernier s'tait pris d'une fille appele Salom, qui tait sa nice ou sa belle-fille (la fille de sa femme), selon les avis. Il voulut l'pouser et demanda l'avis de Jean, qui lui dit qu'un tel mariage tait absolument interdit par Dieu. La mre, Hrodias, eut du ressentiment pour Jean. Sachant que sa fille avait reu du roi la libert de lui demander chaque jour une grce qu'il lui accorderait, elle lui dit: "Quand le roi te demandera de lui prsenter une requte, dis-lui que tu veux la tte de Jean, fils de Zacharie". C'est ce qu'elle fit quand l'occasion se prsenta. Mais le roi rtorqua en disant: "Demande autre chose, car Jean est un Prophte de Dieu que l'on ne doit pas tuer". Devant l'insistance de la fille, toujours influence par sa mre, le roi finit par cder et envoya excuter Jean. Le sang de Jean, l'endroit o il avait coul, ne cessa de bouillonner jusqu' ce qu'un roi perse envahisse la ville et tue 70'000 personnes. Il dtruisit galement la Mosque de Jrusalem.
    Vous remarquerez que Yahy a pay de sa vie plutt que de falsifier la loi de Dieu pour faire plaisir une crature, ft-ce un roi.
    Aprs cet vnement, Zacharie apprit qu'on en voulait aussi sa vie. Il sortit de la ville vers un jardin trs bois. Et comme il passait devant un arbre, celui-ci, par la Volont de Dieu, l'appela pour lui dire: "Viens vers moi, Prophte de Dieu!". Il s'ouvrit, Zacharie y entra, et il se referma. Mais voil que Satan, l'ennemi jur des hommes, retint dehors un pan de sa tunique. Le roi envoya des soldats ses trousses. Arrivs sur les lieux, ils trouvrent Satan qui leur dit: "Il a ensorcel cet arbre, qui s'est alors fendu pour le laisser entrer". Ils scirent donc l'arbre et Zacharie en deux.
    Alors Dieu, pour les chtier, leur envoya les plus sanguinaires des hommes


  2. #2
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    L'Annonciation et la Naissance de Jsus


    A ce propos, Dieu dit dans le Qour'n, dans le sens:
    "Et cite dans le livre Marie qui se retira de sa famille en un lieu du ct de l'Est."
    (Qour'n 19/16)

    Elle avait ce moment l'ge de 15 ans selon certains.

    Ce qui signifie :
    "Elle se mit derrire un voile..."
    (Qour'n 19/17)

    C'est--dire un obstacle qui empche de voir.

    Ce qui signifie :
    "...Nous (Dieu) lui envoymes l'me honore (C'est--dire l'Ange Gabriel), qui lui apparut sous l'aspect d'un homme parfait."
    (Qour'n 19/17)

    Les Anges sont ails dans leur vritable aspect, mais ils apparaissent certains tres humains agrs par Dieu, comme les prophtes et les Saints, gnralement sous les traits d'un jeune homme, sans les organes gnitaux. Ils ne prennent jamais l'aspect d'une femme. En tous les cas, ils n'ont pas de sexe.

    L'Ange apparut Sainte Marie et lui dit, dans le sens: "Marie, Dieu m'a envoy toi pour te donner un fils saint." Pensant qu'il s'agissait d'un homme qui lui voulait du mal, elle dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "J'implore la protection de Dieu le Misricordieux contre toi si toutefois tu es pieux"
    (Qour'n 19/18)
    C'est--dire: "Si tu crains Dieu, tu ne me feras point de mal".

    Voyant qu'elle le craignait, Gabriel lui dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Je suis en fait un Messager de Dieu ton Seigneur pour te donner un fils saint."
    (Qour'n 19/19)

    Et quand Marie comprit que ce n'tait pas un homme, elle se tranquillisa et lui rpondit en disant, dans le sens:
    "Comment pourrai-je avoir un fils alors qu'aucun homme ne m'a touche et que je ne suis pas une prostitue?"
    (Qour'n 19/20)

    Gabriel rpondit son tonnement, en disant ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "C'est ainsi: Ton Seigneur a dit: "Cela m'est facile (...)"
    (Qour'n 19/21)

    Il lui dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "(...) Pour faire de lui un signe pour les gens."
    (Qour'n 19/21)

    C'est--dire une preuve de la Puissance de Dieu. En effet, Dieu a cr Adam sans pre ni mre, et Eve partir d'une cte de Adam sans l'intermdiaire d'une femme. Il a Cr Jsus partir de sa mre sans l'intermdiaire d'un pre. Et Il a cr le reste des humains partir d'un pre et d'une mre.
    Dieu a fait surgir ce monde du nant et ne lui ressemble pas; Il n'a pas besoin de place, Il ne s'incarne pas et ne se fatigue pas, Il ne ressemble ni aux hommes ni aux Anges. Ce n'est pas une matire, Il n'a donc ni forme ni limites. Il est diffrent de toute Sa crature. Son Existence n'a pas de commencement.

    Par consquent quand on dit que l'Univers est de DIEU, c'est par cration, et non par engendrement ni par manation. En effet, DIEU n'est pas pour le monde ce que la terre est pour l'arbre, ou l'arbre pour le bois ou le bois pour la table. Parce que la table vient du bois, le bois de l'arbre, l'arbre de la terre par un cycle de transformations successives voulu par DIEU. Par consquent, l'Univers qui forme l'ensemble des choses cres, est tout autre que DIEU, Le CREATEUR, auquel rien ne ressemble:

    - Ni dans SON ENTITE [Dht]
    IL n'est ni une lumire (contraire de l'obscurit); ni un esprit; ni un corps dense, pais, translucide ou fin; ni une matire; ni une particule; ni un homme; ni une toile; ni aucune autre chose de l'Univers.
    DIEUQ est diffrent de tout ce que l'on peut imaginer, car notre imagination est une de Ses Cratures.

    - Ni dans Son Acte (Fi^l)
    L'Acte de Dieu n'a pas de commencement, tandis que tout autre acte est une crature. Et Il fait surgir toute chose du nant pour lui donner existence sans que cela soit par le toucher, le mouvement, la proximit ou l'loignement. Comme dit Fnelon, Franois de Salignac de la Mothe, prlat franais du dix-huitime sicle: "Dieu n'est ni dedans, ni dehors le monde."

    - Ni dans Ses Attributs (Sift)
    En effet, Dieu S'est fait connatre par Ses Attributs pour que Ses cratures affirment Son Existence et proclament Son Unicit, excluant ainsi Sa connaissance par analogie. Car les Attributs de Dieu sont sans aucune comparaison ni ressemblance. On ne peut donc pas se reprsenter ni imaginer Dieu. Il est impossible de Lui attribuer:

    - le fait de s'asseoir
    - l'immobilit ou la mobilit
    - les sentiments (motion, envie, etc.)
    - le changement
    - le sommeil
    - la fatigue (comme l'ont prtendu certains gars).

    A ce propos, DIEU, dans le sens:
    Certes, NOUS (DIEU) avons cr les cieux et la terre et ce qui est entre eux en 6 jours, sans que nulle fatigue NOUS ait touch.
    (Qour'n 50/38)


    Remarque :
    DIEU a cr l'Univers sans modle prexistant, et sans nul besoin, ni rien qui L'y oblige.
    Ds lors, l'une des sagesses de la cration en six jours est de nous enseigner la patience. Sinon, DIEU LE TOUT PUISSANT aurait pu tout crer en un seul instant, s'IL l'avait voulu. Car notre cration et notre rsurrection sont pour LUI comme celles d'un seul tre.


    Revenons Gabriel, qui poursuivit en disant Marie ce qui est rapport par cette Parole de Dieu, dans le sens:
    "Et une Misricorde de Dieu."
    (Qour'n 19/31)

    C'est--dire que Dieu lui fait don de grce pour ceux qui le suivront et croiront en lui car il les invite n'adorer que Dieu.

    Ce qui signifie :
    "(...) C'est une chose qui est prdestine."
    (Qour'n 19/31)

    C'est--dire que Dieu par sa Volont et sa Prdestination qui ne changent pas et qui sont de toute ternit a prdestin cela. Lorsque Marie eut entendu ce portrait de Jsus, elle comprit que Gabriel tait l'Envoy de Dieu qui voulait l'lever, l'honorer et non un homme qui voulait la sduire. Quand Gabriel eut rconfort le coeur de Marie il lui insuffla, par ordre de Dieu, l'me honore de Jsus travers l'encolure de sa tunique.
    Dieu dit dans le Qour'n, dans le sens:
    "Elle devint enceinte de Jsus et se retira en un lieu loign."
    (Qour'n 19/22)

    C'est--dire qu'elle fit un long trajet. Les juifs prtendent que Gabriel n'est pas intervenu dans cet vnement, mais que c'est Joseph le charpentier qui a eu commerce avec Marie, et que Jsus tait donc un enfant adultrin. Cependant Dieu purifia Marie de ce soupon, la loua et rendit tmoignage de son innocence dans le Qour'n en disant, dans le sens:
    "Et Marie, fille de ^Imrn, qui a gard sa virginit (...)"
    (Qour'n 21/91)

    Marie tait donc innocente de cette accusation.

    Lorsque les signes de la grossesse apparurent, ce fut Joseph le charpentier, un de ceux qui taient aussi consacrs la Mosque, et qui tait un proche de Marie, qui les remarqua le premier. Il fut trs tonn car il la savait pure, pieuse et chaste. Un jour il lui fit des insinuations en disant: "Marie! est-il possible de rcolter du bl sans avoir sem auparavant?". "Oui! Et qui cra les premiers pis de bl?" rpondit-elle. Il dit encore: "Peut-il y avoir un arbre sans eau ni pluie?" "Oui! Et qui cra les premiers arbres?" rpliqua-t-elle.
    Puis il demanda: "Peut-il y avoir un enfant sans l'intermdiaire d'un homme?" Elle dit: "Oui, Dieu cra Adam sans l'intermdiaire d'un homme ni d'une femme".
    Sur ce, Joseph comprit que ce qu'elle avait tait de Dieu.

    Quand l'poque de son accouchement fut proche, Marie eut honte d'tre vue de Zacharie et des autres serviteurs; elle sortit donc seule de la ville. Ayant march un peu, elle fut prise de douleurs. Elle aperut un arbre. C'tait un palmier dessch dont les feuilles taient tombes et les branches casses. Elle se dirigea vers cet arbre. Quand elle eut accouch et donn le jour Jsus, les douleurs et la honte lui firent prononcer ces paroles:

    Ce qui signifie :
    "Plt Dieu que je fusse morte avant ceci, et que je fusse oublie compltement."
    (Qour'n 19/23)

    L'Ange Gabriel, du bas de la montagne, l'appela et la consola en ces termes rapports par cette parole de Dieu, dans le sens:
    "Ne t'afflige pas, Dieu a cr au-dessous de toi une source."
    (Qour'n 19/24)

    En effet, de cet endroit o il n'y avait ni eau, ni ruisseau, Dieu fit jaillir une source et l'eau coula sur le sol afin que Marie pt se laver, elle et Jsus. On dit que les douleurs de l'accouchement furent telles qu'elle se cramponna au tronc pour y prendre appui. C'est ce moment que le tronc devint vert et rempli de fruits. Alors l'Ange lui dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Secoue le tronc du palmier, il en tombera des dattes juteuses. Mange, bois et sois tmoin de ce que tu vois (...)"
    (Qour'n 19/25-26)

    Il est vident que Dieu a la Puissance de la nourrir sans qu'elle ait besoin de faire tomber les dattes du palmier, mais ces versets montrent que nous devons recourir aux liens de causalit pour obtenir les bienfaits. Il faut galement noter que ces fruits taient un stade d'volution de la datte dans lequel elle est trs nourrissante, et le mieux adapt pour une femme qui vient d'accoucher. Dans certains pays, on en fait mme des gteaux pour les femmes qui ont les lochies.
    Aprs cela l'Ange lui dit de la part de Dieu, dans le sens:
    "Et si tu rencontres quelqu'un, dis-lui: <J'ai vou un jene au Tout Misricordieux, alors je ne parle personne aujourd'hui.>"
    (Qour'n 19/26)

    Dans la Charte de Mose le jene consistait s'abstenir de s'alimenter et de parler.

    Quand Marie eut mang et bu, et qu'elle eut recouvr ses forces, elle s'en retourna auprs des siens portant l'enfant. En la voyant ainsi, ils lui dirent: "Marie, tu as fait une chose trange. soeur d'Aaron, ton pre n'tait pas un pervers, ni ta mre une prostitue." Ils ont rapproch Marie de Aaron, le frre de Mose, de par sa pit. Certains ont dit que cet Aaron tait un autre homme parmi les pieux de son poque. D'autres versions ont t cites, mais le but est de montrer que Marie la sainte est pieuse, chaste, et qu'ils l'ont faussement accuse d'avoir commis un grand pch. Elle ne rpondit pas leurs assertions, mais quand la pression fut forte, elle leur montra l'enfant du doigt en leur faisant comprendre de s'adresser lui, et qu'il leur rpondrait. "Comment parlerons-nous un enfant au berceau?" s'indignrent-ils. C'est--dire: "Tu nous renvoies un nourrisson en vitant de nous rpondre!" Ils pensrent que Marie se moquait d'eux et les considrait avec ddain. Au mme moment, Dieu fit parler Jsus, qui innocenta sa mre, Zacharie et Joseph le charpentier de l'accusation qui pesait sur eux, en disant ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Je suis le serviteur de Dieu, Il m'a donn le Livre et a fait de moi un Prophte; Il m'a bni o que je sois. Il m'a ordonn d'accomplir la prire et de donner la Zakt (l'aumne rituelle obligatoire) - tant que je vivrai- et d'tre bon envers ma mre. Il n'a fait de moi ni un oppresseur, ni un malheureux. Que la paix soit sur moi le jour de ma naissance, le jour de ma mort et le jour o je serai ressuscit."
    (Qour'n 19/30-34)

    Comme on peut le remarquer, Jsus commena d'abord par tablir, de faon catgorique, sa qualit de sujet de Dieu. Ce qui est un cinglant dmenti ceux qui lui attribuent la divinit.

    Voyons l'explication de ces versets:
    "(...) Il m'a donn le Livre et a fait de moi un Prophte (...)": c'est pour dire que Dieu ne donne pas la Prophtie quelqu'un qui est comme ils prtendaient.
    "(...) Il m'a bni o que je sois (...)": cela veut dire que Jsus est utile et bienfaisant o qu'il soit, en apprenant aux gens le bien et en les invitant adorer Dieu sans rien Lui associer, Lui qui est exempt de toute imperfection.
    "(...) Il m'a ordonn de faire la prire et de donner la Zakt tant que je vivrai (...)": ce sont les devoirs de tout sujet et serviteur de Dieu.
    "Il m'a ordonn d'tre bon envers ma mre.": Jsus n'a pas dit: "...d'tre bon envers mes parents". De ce fait, ils ont su qu'il tait n d'une mre sans le concours d'un pre.
    "Il n'a fait de moi ni un oppresseur ni un malheureux": c'est--dire qu'il n'tait ni orgueilleux ni dsobissant.
    Enfin: "La paix est sur moi le jour de ma naissance, le jour de ma mort et le jour o je serai ressuscit." Ces trois moments constituent ce qu'il y a de plus angoissant pour l'tre humain. Mais Jsus n'a rien craindre, car il est du nombre de ceux qui sont agrs par Dieu.

    Et Dieu dit, dans le sens:
    "Tel est Jsus, fils de Marie, d'aprs la vrit sur laquelle ils doutent."
    (Qour'n 19/34)

    Cela veut dire qu'en vrit Jsus est le fils de Marie, et non pas celui de Dieu, comme certains le prtendent.

    On raconte qu'au moment de la naissance de Jsus, toutes les idoles de la terre furent renverses. Les dmons se runirent autour de Satan et lui dirent: "Il s'est pass un vnement et nous ne savons pas ce que c'est."
    Ibls (Satan) entreprit un voyage de 3 jours et 3 nuits jusqu' ce qu'il arrive auprs de Jsus, qui venait de natre. Il comprit que c'tait l l'vnement en question et voulut exercer son pouvoir sur lui. Mais les Anges le repoussrent, car la mre de Marie avait plac celle-ci et sa postrit sous la protection de Dieu contre le Dmon. Le Prophte Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam a dit, dans le sens:
    "Aucun enfant ne voit le jour sans que Satan ne le pince, except Jsus fils de Marie."

    De retour, Satan runit les siens et leur dit: "L'vnement est qu'un enfant est n d'une femme sans le concours d'un pre. Cet enfant sera Prophte de Dieu et illustre. Si aujourd'hui toutes les idoles sont tombes, sachez que plus tard nous tirerons profit de lui." Ils dirent: "Comment cela?". "Beaucoup d'hommes deviendront mcrants cause de lui et iront en Enfer", rpondit-il.

    Dieu dit, dans le sens:
    "Il ne convient pas Dieu d'avoir un fils, Lui qui est loin de toute imperfection."
    (Qour'n 19/35)

    C'est--dire qu'il est impossible selon la raison qu'Il ait un fils, parce que cela indique un besoin.
    Dieu est le Tout-Puissant, et par Sa Puissance qui n'a ni commencement ni fin, Il cre et anantit les choses, suivant Sa Science et Sa Volont. Il n'a besoin de rien, car le besoin contredit la divinit, parce qu'il implique une dpendance, c'est--dire une imperfection. Donc si Dieu avait eu besoin de Sa crature, Il n'aurait pu la crer. Mais Dieu, Le Glorieux, n'a pas besoin de Sa crature, ni avant, ni aprs sa cration.
    C'est pourquoi nous disons que le Non-commencement de Dieu n'a aucun rapport avec le temps, car encore une fois, Le Crateur de toute chose existe avant le temps.


    Remarque importante :
    Le jugement, du point de vue rationnel, est de trois sortes:
    1) Le ncessaire :
    C'est ce dont la raison ne peut imaginer l'inexistence ou l'anantissement: il s'agit de Dieu et de Ses Attributs.
    2) Le possible rationnel (ou le contingent) :
    C'est ce dont la raison peut imaginer l'existence ou la non-existence, comme le monde et tout son contenu. Ainsi, la raison accepte notre existence ici-bas un moment donn et notre inexistence un autre moment.
    3) L'impossible rationnel :
    Se rapporte ce dont la raison ne peut accepter l'existence, comme un associ Dieu, ou comme le fait que quelqu'un puisse tre mort et vivant en mme temps.


    Cela pos, la Puissance de Dieu est l'Attribut qui confre l'existence ou l'anantissement. De ce fait, elle ne concerne que le possible rationnel.
    S'agissant de l'impossible rationnel ou du ncessaire, il n'est pas permis de dire que Dieu est capable ou incapable de crer ce quoi ces notions se rapportent. En effet, pour rapprocher les ides, on ne pourrait dire d'un homme qu'il souffre d'une faiblesse dans l'oue parce qu'il ne voit pas avec ses oreilles; car la vue ne concerne pas l'appareil auditif. De mme, ce n'est pas parce que l'on ne peut attribuer la science un caillou qu'il est ignorant; car l'ignorance ou la science ne concernent pas les corps inertes.
    A ceux qui disent que Dieu Le Suprme est capable d'avoir un enfant, car le contraire indiquerait une impuissance de Sa part, nous rpondons que cette question est un non-sens parce que cela relve de l'impossible rationnel qui n'est pas concern par la Puissance de Dieu.
    Il est aussi des athes qui demandent si Dieu est capable de crer son pareil. L encore, il s'agit d'un impossible rationnel dont l'existence est rejete par la raison. La preuve en est que Dieu n'a pas de commencement, et s'il y avait un pareil Lui, cela impliquerait que celui-l n'aurait pas non plus de commencement. Or celui qui n'a pas de commencement n'est pas cr.
    Ainsi, ce n'est donc pas parce qu'il est impossible que Dieu ait un enfant ou qu'Il Se soit cr que cela est une preuve d'impuissance, car encore une fois, Sa Puissance ne concerne pas l'impossible rationnel ni le ncessaire.

    Dieu dit, dans le sens:
    "(...)Lorsque Allah, Exalt soit Il, a voulu une chose, Sa Volont sera ralise invitablement ."
    (Qour'n 19/35)

    Sans que nulle fatigue ne L'atteigne. Il n'est pas en contact, par le toucher, avec les choses. Tout est facile pour Dieu, parce qu'Il est Le Tout-Puissant.

    Jsus, de guerre lasse, leur dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Certes, Dieu est mon Seigneur et Le vtre. Adorez-Le donc. Voil le droit chemin."
    (Qour'n 19/36)

    Par consquent, Jsus montre l qu'il est une crature, et non le fils de Dieu.

    Puis Dieu dit, dans le sens:
    "Ils divergrent entre eux. (...)"
    (Qour'n 19/37)

    Ils furent diviss en 72 groupes. Certains dirent: "Jsus est une incarnation de Dieu", d'autres dirent: "C'est un des trois (le fils, le pre et le saint-esprit)".
    Dieu dit, dans le sens:
    "Alors, malheur ceux qui ont mcru le Jour du Jugement."
    (Qour'n 19/37)

    Seuls les musulmans restrent dans la droiture et dirent: "C'est un Prophte de Dieu qui a t lev au ciel."


  3. #3
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    L'Expatriation de Marie avec son fils Jsus


    Le Messager de Dieu sallallhou ^alayhi wa sallam a dit, dans le sens: "Celui qui Dieu veut du bien, Il l'prouve." Et encore, dans le sens: "Certes, les rcompenses sont proportionnelles aux preuves." Ainsi, les Prophtes sont les plus prouvs, puis viennent les Saints, et ainsi de suite.

    De mme que Dieu a ordonn certains de Ses Prophtes d'migrer de leur patrie, comme Abraham, comme Mose qui partit pour Madian auprs de Jethro, et comme Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam qui dut partir Mdine, de mme Jsus dut partir. En effet, la menace des juifs se faisant pressante, Marie prit peur pour son fils, et Dieu lui fit savoir de l'emmener loin en Egypte, en disant, dans le sens:
    "Nous (Dieu) avons fait du fils de Marie et de sa mre un signe et leur avons donn asile sur une terre leve, sre et pleine de sources."
    (Qour'n 23/50)

    Marie fit ainsi l'ducation de Jsus jusqu' ce qu'il et atteint l'ge de 13 ans, puis ils retournrent en Palestine. Dieu dit, dans le sens:
    "Nous lui avons appris l'criture, la sagesse, la Thora et l'Evangile (...)"
    (Qour'n 3/48)

    C'est--dire qu'il a appris lire et crire, et connaissait par coeur la Thora et l'Evangile.

    Et quand Jsus reut la Prophtie, il dit aux fils d'Isral: "Je suis un Messager venant vous avec un signe et des preuves de Dieu."

    Il faut savoir qu'on ne devient pas Prophte sur demande. En effet, la Prophtie n'est ni le rsultat d'un effort personnel, ni une prtention base sur le simple fait d'imiter, extrieurement ou d'une autre faon, les Prophtes. Au contraire, il s'agit d'un choix par lequel Dieu, qui cre ce qu'Il veut, honore Ses Elus. C'est par Clmence et Grce, et non par obligation, que Dieu nous a envoy les Prophtes. Car la raison elle seule ne permet pas de connatre tout ce qui sauve dans l'Au-del.

    Les Prophtes ont pour fonction principale d'appeler les gens suivre l'Islam, en dehors de quoi il n'y a point de salut. Car Dieu a dit, dans le sens:
    "Certes, la religion agre chez Dieu est l'Islam."
    (Qour'n 3/19)

    Et les Prophtes, les meilleures des cratures, sont des musulmans. Ils ont tous la mme croyance, mais avec des rgles d'application diffrentes en fonction de l'poque. Ainsi, au temps du Prophte Adam, le frre pouvait, sous certaines conditions, pouser sa soeur. En effet, Dieu a voulu qu'Eve (Haww') ait plusieurs grossesses (vingt et une exactement) dont vingt ont donn des "faux" jumeaux (garon et fille) et la dernire un garon, qui fut le Prophte Chth (Seth). Etait interdit le mariage entre frre et soeur de la mme grossesse; et aucun des fils d'Adam n'a commis ce pch. En revanche, le frre pouvait pouser sa soeur des grossesses d'avant ou d'aprs. Cela comportait une sagesse pour les besoins de reproduction de l'poque. Par la suite, cette loi a t abolie parce qu'elle n'tait plus ncessaire. Au temps de Jacob, connu aussi sous le nom d'Isral, on pouvait pouser deux soeurs en mme temps.

    Dans la Charte de Mose, on devait, si une impuret se dposait sur son habit, couper la partie souille du tissu; laver l'endroit n'tait donc pas suffisant.

    Parmi les spcificits de la Charte de Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam , il y a que la prire peut tre acquitte o que ce soit, tandis qu'il tait spcifi dans les autres Chartes qu'elle ne pouvait tre accomplie que dans les lieux rservs cet effet. Remarquons qu'une partie des interdits de la Charte de Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam taient galement illicites dans toutes les autres Chartes. Parmi ceux-ci mentionnons la fornication, la consommation de la viande de la Maytah (viande d'une bte qui n'a pas t abattue conformment aux rgles de la loi islamique), le sang et la viande de porc.

    Tous les Prophtes sont immuniss contre la mcrance, avant et aprs avoir reu la Prophtie. C'est par des miracles convaincants, des preuves irrfutables et des signes vidents que Dieu appuie et confirme la Prophtie de Ses Envoys.

    Qu'est-ce donc que le miracle ?

    Le miracle est un fait prsentant quatre caractristiques :
    1. Il est hors du commun. Ainsi, se poser sur la lune, quoiqu'extraordinaire, car tant le rsultat d'une connaissance et d'une avance technologique jamais atteintes, n'est pas un fait hors du commun.
    2. Il constitue toujours un dfi pour les mcrants. En effet, ils ne pourront jamais en faire autant.
    3. Il vient confirmer, appuyer et soutenir la vracit de celui qui se proclame Prophte.
    4. Il est impossible imiter, contrarier, stopper ou annihiler.

    Le miracle est de deux sortes :
    1. Celui qui survient au Prophte sans que les gens lui en fassent la demande
    2. Celui qui intervient sur demande

    Dans tous les cas, il est un fait qui se manifeste par la Puissance de Dieu, pour confirmer celui qui prtend (vridiquement) la Prophtie.

    Citons quelques exemples de miracles :

    - Mose jeta son bton, qui devint un vritable serpent; puis celui-ci avala les cordes dont s'taient servi les magiciens pour subjuguer l'assistance. Aprs quoi le serpent se transforma nouveau en bton. Il fit aussi se fendre la mer pour laisser passer son peuple. Le tout avec la Volont et la Puissance de Dieu.

    - Abraham fut jet dans un immense brasier, qui devint froid et bienfaisant pour lui. Seuls ses liens furent brls, au contraire de lui-mme et de ses habits.

    - Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam fit jaillir de l'eau (comme des sources) d'entre les doigts de sa noble main, qu'il avait plonge dans un petit bol; ce qui suffit aux besoins de 1'500 de ses compagnons, alors qu'ils se trouvaient dans le dsert court d'eau. Il remit en place l'oeil arrach de son compagnon Qatdah, fils de Nou^mn, qui affirma par la suite ne plus savoir lequel avait t atteint.
    Il y a bien sr le Qour'n qui demeure, pour tous les temps, le plus grand des miracles. C'est un miracle continuel que nous avons encore entre nos mains, et que chacun peut constater aujourd'hui. Il nous est parvenu intact, et constitue un grand dfi pour les mcrants qui ne pourront jamais crire quoi que ce soit de sem****le la plus courte de ses sourates (chapitres).


  4. #4
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    La Mission prophtique de Jsus

    Revenons Jsus, quand il dit qu'il venait eux avec un signe. "Quel est ce signe?" rpondirent-ils. Il dit, selon ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Je vous ferai, avec de la boue, un corps en forme d'oiseau, puis je soufflerai dessus et, par la Puissance de Dieu, il deviendra un vritable oiseau."
    (Qour'n 3/49)

    Alors Jsus leur fit une chauve-souris, qui est le plus trange de tous les animaux volants. En effet, bien que tous aient des ailes, la chauve-souris vole sans aucune plume sur le corps. Ce fut le premier miracle de Jsus. Le peuple lui en demanda d'autres. Dieu nous apprend qu'il dit, dans le sens:
    "Je guris l'aveugle de naissance et le lpreux"
    (Qour'n 3/49)

    En fait, s'il n'avait guri que la ccit ordinaire, il aurait fait l'oeuvre d'un simple mdecin. Aprs cela, le peuple en demanda encore. Jsus leur dit ce qui est rapport par la Parole de Dieu, dans le sens:
    "Je ressuscite les morts par l'ordre de Dieu."
    (Qour'n 3/49)

    D'une tradition nous comprenons qu'il fit revivre 4 morts dont Lazare, son compagnon, et Sem , le fils de No (qui est l'anctre ponyme des peuples smitiques). Il leur dit aussi: "Je vous dirai ce vous avez mang et ce que vous conservez comme provisions chez vous." Ainsi, il fit savoir chacun ce qu'il avait mang la veille et ce qu'il lui en restait. Et il ajouta ce qui est rapport par cette parole de Dieu, dans le sens:
    "(...) Dans cela, il y a un signe pour vous si vous tes croyants."
    (Qour'n 3/49)

    Ce qui signifie :
    "(...) Je viens confirmer la Thora. C'est--dire tmoigner de la vracit du Message de Mose."
    (Qour'n 3/50)

    Ce qui signifie :
    "(...) Et pour abroger certaines choses qui vous taient interdites."
    (Qour'n 3/50)

    Parmi ces choses interdites dans la Thora et que Jsus permit se trouvait la graisse de mouton, celle qui entoure l'estomac.

    Malgr tous ces miracles, ils demeurrent mcrants. Alors Dieu nous informe que Jsus leur dit:
    "fils d'Isral! Je viens vous avec des signes de Dieu. C'est--dire que ces miracles tmoignent de ma vracit". "Craignez Dieu et obissez-moi (...)",

    C'est--dire qu'obir au Prophte est la preuve de la crainte de Dieu.

    Ce qui signifie :
    "(...) Dieu est mon Seigneur et le vtre, alors adorez-Le."
    (Qour'n 19/36)

    C'est--dire: "Nous sommes, vous et moi, les sujets et serviteurs de Dieu."

    Jsus voyageait beaucoup, il ne restait jamais longtemps au mme endroit. Personne ne lui connut de maison, il dormait l o la nuit le trouvait. Il disait: "Les mosques sont ma maison, l'eau mon parfum, la faim ma compagne et la lune ma lanterne (dans la nuit)."

    Il ne se nourrissait jamais de viande, mais de plantes, telles que les dents-de-lion, et ne faisait pas de provisions.

    Il s'habillait de vtements en laine non travaille. Il tait modeste et aimait la compagnie des pauvres. Il disait: "Le bl ne pousse pas dans le roc, mais dans une terre (arable). Il en est de mme de la sagesse, qui grandit dans le coeur de celui qui est modeste, et non pas dans le coeur de l'orgueilleux. Ne voyez-vous donc pas que celui qui lve toujours la tte au plafond s'y cogne, tandis que pour celui qui la baisse, il devient un parasol (au-dessus de sa tte)."
    Il n'tait pas attach aux dlices de ce bas monde et disait: "La vie terrestre est phmre, soyez comme un passager et ne vous y attachez pas."
    Un jour un pauvre lui demanda de le laisser l'accompagner. Ce qu'il accepta.

    Ou encore: "Je m'tonne du cas de trois personnes:
    - celle qui court aprs les dlices de cette vie, alors que la mort lui court aprs,
    - celle qui construit des chteaux, alors que la tombe sera sa demeure,
    - celle qui rit aux clats, alors que l'Enfer la guette."

    Aux aptres, il donnait des conseils en disant: "Mangez du pain d'orge, buvez de l'eau claire, et sortez de ce monde sans pril. En vrit, les dlices de la vie ont des consquences amres pour l'Au-del. Mais l'amertume de la vie conduit la flicit dans l'autre monde. Donc les serviteurs de Dieu ne s'adonnent point aux dlices de la vie."

    Il pratiquait l'asctisme au plus haut niveau, et ne disait pas de futilits. A ceux qui rpandaient le mal, il disait: "Vous vous tes assis en mettant ce monde sur vos ttes, et l'Au-del sous vos pieds. Vos paroles envotent, et vos actes sont mauvais. Vous tes comme l'if: il est plaisant pour l'oeil, mais mortel pour celui qui y gote."

    Il tait assidu dans l'adoration de Dieu, car il a besoin de son Crateur, Qui le lui a ordonn, comme tous les autres Prophtes. Or s'il tait Dieu, comment s'adorerait-il lui-mme? L'adoration consiste se faire humble volontairement, de faon absolue, devant Dieu, et devant Dieu Seul. Aussi voit-on les Musulmans se prosterner dans leurs prires rituelles. Par ce geste, ils s'humilient vritablement en posant sur le sol leur front qui est la partie la plus noble de leur corps. En se rappelant que la prire est une lourde charge, sauf pour les humbles qui, par obissance Dieu, se recueillent en toute humilit. Et Dieu honore celui qui s'humilie pour Lui, tandis que les orgueilleux, qui refuseront de L'adorer, entreront tte baisse en Enfer.
    C'est dans le mme sens que la repentance d'un pch ne se fait qu' Dieu Seul, et non un mortel comme nous, parfois capable de la pire des abominations.

    Un tel homme, entirement dvou au bien, et qui appelait ses sem****les travailler pour tre gagnants dans l'Au-del, ne devrait en principe susciter ni calomnie, ni haine. Pourtant, on ne lui pargna rien de tout cela.

    Quand il ressentit l'hostilit de son peuple, malgr les miracles qu'ils avaient vus, et qu'ils voulaient le tuer, Dieu dit qu'il demanda, dans le sens:
    "Qui sont mes allis dans la voie que Dieu a agre?" Les aptres rpondirent: "Nous sommes ceux qui soutiennent la religion de Dieu, nous croyons en Dieu, et sois tmoin (Jsus) que nous sommes musulmans. Seigneur! nous croyons au Message (L'Evangile) et avons suivi ton Messager (Jsus), alors inscris-nous parmi les croyants".
    (Qour'n 3/52-53)

    Ce n'est que pour confirmer leur croyance qu'ils lui demandrent son tmoignage, car le Jour du Jugement, les Prophtes tmoignent soit en faveur des gens de leur communaut, soit en leur dfaveur. Leur parole renferme aussi la preuve que la croyance et l'Islam sont indissociables.

    Si dj ceux qui suivirent Jsus, fils de Marie, taient des musulmans, il faut alors admettre, plus forte raison, que lui-mme tait musulman. En effet, c'est lui qui leur a appris l'Islam et la croyance et qui les a appels l'adoration de Dieu, l'Unique.


  5. #5
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    L'Ascension de Jsus au ciel


    Quand Dieu chtie Sa crature, c'est par Sa justice, parce qu'elle le mrite; mais quand les hommes complotent, il s'agit d'un acte malhonnte, hypocrite et tratre; et Dieu est exempt de tels attributs.

    Jsus resta 3 ans au milieu du peuple, en les invitant n'adorer que Dieu Seul, sans rien Lui associer. Les juifs rsolurent de le tuer et complotrent contre lui en l'accusant d'tre un magicien qui sduisait le peuple.

    Ils dcidrent de passer l'acte, et encerclrent Jsus pendant qu'il se trouvait dans une maison avec 12 hommes, parmi lesquels certains de ses aptres. Et d'une tradition nous comprenons qu'il dit: "Il y en aura parmi vous qui deviendront mcrants aprs avoir t croyants. Qui acceptera de prendre mon apparence, de mourir ma place, et sera mon compagnon au Paradis?" Le plus jeune se leva et dit: "Moi!" Jsus le fit asseoir, et posa la mme question. Il se dsigna encore. A la troisime reprise, il se proposa toujours et Jsus finit par dire: "Alors, c'est toi!"

    Dieu dit, dans le sens:
    "Jsus, je vais t'lever au ciel; te faire mourir quand ton heure viendra et te dbarrasser des mcrants."
    (Qour'n 3/55)

    Les assaillants pntrrent dans la maison et se saisirent du plus jeune, qui Dieu avait donn l'apparence de Jsus, et qui fut donc crucifi en ses lieu et place, aprs que celui-ci fut lev au ciel par une lucarne de la maison. Ainsi, Dieu prserva Jsus contre leur mal.
    A ceux qui prtendaient l'avoir tu, Dieu dit, dans le sens:
    "Et cause de leur parole: <Nous avons vraiment tu le Messie, Jsus fils de Marie, le Messager de Dieu ...> Or, ils ne l'ont ni tu, ni crucifi, mais ce n'tait qu'un faux-semblant. Ceux qui sont en dsaccord son sujet sont vraiment dans l'incertitude; ils n'en ont aucune connaissance certaine; ils ne suivent qu'une conjecture, et ils ne l'ont certainement pas tu, mais Dieu l'a lev vers Lui (dans une place au ciel agre par Dieu). Et Dieu est Puissant et Sage."
    (Qour'n 4/157-158)

    Aprs cela, ils se disputrent et se divisrent en 73 groupes, tous gars, l'exception d'un seul. Certains dirent que le crucifi tait un juif qui faisait partie des assaillants, et que c'est celui-l qu'ils turent en le prenant pour Jsus. D'autres dirent que le fils de Dieu tait avec eux, mais qu'ensuite Dieu l'avait lev vers Lui. Pour nous montrer la gravit de ce propos, Dieu nous apprend ceci, dans le sens:
    "Ils ont dit: <Le Misricordieux s'est donn un fils!>
    Vous avancez-l une chose abominable!
    Peu s'en faut que les cieux ne se fendent cause de cette parole; que la terre ne s'entrouvre et que les montagnes ne s'croulent!
    Du fait qu'ils ont attribu un fils au Misricordieux!
    Alors qu'il ne convient nullement au Tout-Misricordieux d'avoir un fils!
    Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se prsentent au Misricordieux comme de simples serviteurs."
    (Qour'n 19/88-93)

    D'autres encore dirent que Jsus tait l'incarnation de Dieu. Mais, toujours s'agissant d'eux, Dieu dit encore, dans le sens:
    "Dis (Mouhammad) sallallhou ^alayhi wa sallam :<Ceux qui forgent un mensonge contre Dieu ne seront pas heureux.
    Ils jouiront momentanment de ce monde; puis ils retourneront vers Nous (Dieu) et Nous leur ferons alors goter un dur chtiment titre de sanction pour leur mcrance.>"
    (Qour'n 10/69-70)

    Enfin, le groupe des sauvs, c'est--dire les musulmans, dit: "Le Prophte et Serviteur de Dieu tait avec nous, mais Dieu l'a lev au ciel."

    Dieu dit, dans le sens:
    "O vous qui avez cru, soyez les allis de ceux qui prirent le chemin que Dieu a agr, comme au temps o Jsus, fils de Marie, dit aux aptres:<Qui seront mes auxiliaires dans la voie de Dieu?> Les Aptres dirent: <Nous sommes les auxiliaires dans la voie de Dieu.> Un groupe des fils d'Isral crut, un autre groupe fut mcrant. (...)"
    (Qour'n 61/14)

    Et Dieu fortifia les croyants avec les preuves tmoignant de leur vracit, puis leur donna la victoire sur les mcrants; et ceci aprs que Jsus fut lev au ciel.

    A ceux qui attriburent Jsus la divinit, Dieu dit, dans le sens:
    "L'exemple de Jsus pour Dieu est pareil celui d'Adam, qu'Il cra de terre. Puis Il lui dit: - Sois, et il fut."
    (Qour'n 3/59)

    C'est--dire que si Dieu cra Jsus sans pre, Il cra aussi Adam sans pre ni mre. En outre, Dieu dit, dans le sens:
    "(...) Ils mangeaient tous deux (Marie et son fils) de la nourriture ."
    (Qour'n 5/75)

    Cela prouve qu'ils prouvaient de la faim. Par ailleurs, si Dieu le voulait, Il anantirait Jsus, sa mre, et le monde entier, sans que personne ne L'en empche. C'est ce qui ressort du Qour'n o Dieu dit, dans le sens:
    "Qui a la complte souverainet, sinon Dieu? S'Il voulait, Il anantirait le Messie, Marie sa mre et le monde entier."
    (Qour'n 3/59)

    En effet, ce que Dieu veut sera, et ce qu'Il ne veut pas ne sera pas. C'est ce que Henri IV, roi de France du 17e sicle, reconnaissait dans sa devise: "Ce qui doit arriver ne peut pas manquer."

    Notre Matre Jsus est un esclave et serviteur de Dieu, soumis Sa Puissance et Sa Volont. Il est une crature qui a un dbut et une fin, ce qui est le cas de toutes les autres cratures. Or, la crature n'est jamais le Crateur, qui n'a ni commencement ni fin.

    Il faut savoir que Jsus n'est pour rien dans la croyance de ceux qui prtendent le suivre aujourd'hui. En effet, Dieu dit, dans le sens:
    "A ceux qui te contredisent aprs que tu as reu la Rvlation propos de Jsus, tu n'as qu' dire: <Venez, rassemblons nos enfants et les vtres, nos femmes et les vtres, nos propres personnes et les vtres, et implorons Dieu en appelant Sa maldiction sur les menteurs."
    (Qour'n 3/61)

    Et quand le Prophte les invita cela, ils refusrent, videmment.
    Enfin, Dieu dit, dans le sens:
    "O gens du Livre, revenez la Parole juste et authentique et n'adorez que Dieu, sans rien Lui associer, et ne vous prenez pas les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu. Et s'ils se dtournent, dites-leur: <Soyez tmoins que nous sommes les vrais monothistes soumis Dieu.>"
    (Qour'n 3/64)

    Dieu dit, dans le sens:
    "Certes ont commis de la mcrance ceux qui ont prtendu que Dieu est le Messie fils de Marie. Et le Messie dit: <O fils d'Isral, adorez Dieu, mon Seigneur et le votre car celui qui fait de l'association, Dieu lui a interdit le Paradis, et sa demeure sera l'Enfer. Et les injustes n'auront pas de soutiens (allis)>."
    (Qour'n 5/72-73-75 et 5/17)

    Il faut rappeler que deux sicles aprs la monte de Jsus au ciel, sa Religion de droiture fut falsifie. Pour ce faire, on commena par dformer le sens de l'Evangile, ensuite on s'attaqua au contenu mme en y enlevant la majorit des termes. Ds lors, la situation devint tellement aberrante que quelqu'un se prsentait avec un vangile de sa propre composition en prtendant que c'tait la version originale. Face une telle prolifration d'vangiles, le roi Constantin Ier, dit Constantin le Grand, dut convoquer Nice (dans l'actuelle Turquie), en l'an 325, tous les auteurs pour leur demander d'y mettre de l'ordre. Ils se mirent donc d'accord sur quatre et brlrent le reste. Cependant, cela n'a pas empch les chrtiens de demeurer diviss en plusieurs groupes opposs les uns aux autres.

    Jsus, comme tous les Prophtes, a appel les gens de sa communaut croire en Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam s'il leur arrivait de vivre jusqu' son avnement. Mais ils tournrent le dos cet ordre. Et c'est ce qui est rapport par cette Parole de Dieu, dans le sens:
    "Et quand Jsus, fils de Marie, dit: <O fils d'Isral! Je suis, en vrit, le Prophte-Messager de Dieu envoy vers vous pour confirmer ce qui, de la Thora, existait avant moi et pour vous annoncer la bonne nouvelle d'un Prophte qui viendra aprs moi et dont le nom sera: Ahmad (un des noms du Prophte Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam )>. Mais lorsque celui-ci vint eux avec des preuves incontestables, ils dirent: <Voil une sorcellerie vidente!>"
    (Qour'n 61/6)


  6. #6
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    La Descente de Jsus et le triomphe de la vrit


    Le Prophte sallallhou ^alayhi wa sallam a dit, dans le sens: "Il viendra le moment o Jsus descendra parmi vous entre deux Anges, appuy sur une aile de chacun d'entre eux, prs d'un minaret blanc l'Est de Damas. Il cassera la croix et tuera le cochon. Il prendra la direction du Rawhah pour aller accomplir le grand ou le petit Plerinage. Il passera devant ma tombe et me prsentera le salam."

    Il rentrera Jrusalem un moment o les musulmans seront encercls par le faux-Messie et ses acolytes. Ils le verront juste aprs l'invitation la prire. Il dclinera leur offre de diriger la prire en disant que l'Imam est parmi eux. Cela pour honorer cette communaut, c'est--dire celle du Prophte Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam . Aprs la prire il se saisira de sa lance et pourchassera le faux-Messie. En le voyant, celui-ci s'enfuira aussi rapidement que le sel se dissout dans l'eau. Jsus l'attrapera l'entre du village de Loud, et le tuera. A ce moment, tous les adeptes du faux-Messie seront saisis d'une terreur panique, et ils se cacheront derrire les rochers et les arbres, qui les dnonceront aux musulmans, l'exception de l'arbre appel "kharkad", qui ne dira rien.
    Jsus est de taille moyenne, ni trop grand ni trop petit, avec les cheveux noirs et lisses. Il est beau et basan de peau. Dieu a fait que le souffle de Jsus arrive la limite de son regard.
    Il se mariera et restera quarante ans; aprs quoi il mourra, parce qu'en effet, Dieu dit, dans le sens:
    "(...) Toute me gotera la mort (...)"
    (Qour'n 3/185)

    Les musulmans feront la prire mortuaire sur lui et l'enterreront Mdine auprs du Prophte Mouhammad sallallhou ^alayhi wa sallam .

    Toutes les religions, l'exception de l'Islam, seront ananties. Il n'y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n'aura pas cru en lui avant sa mort. Et au jour de la rsurrection, il tmoignera. En effet, Dieu dit, dans le sens:
    "Et quand Dieu demandera: - O Jsus, fils de Marie! Est-ce toi qui as dit aux gens: <Prenez-moi et ma mre comme deux divinits autres que Dieu>? Il dira: <Sois exalt, Dieu. Il ne m'appartient pas de dire ce que je n'ai pas le droit de dire, et si je l'avais dit, Tu le saurais. Tu sais ce qui est au plus profond de moi et je ne sais pas les choses que Tu caches. Tu es Celui qui Connat toutes les choses caches. Je ne leur ai dit que ce que Tu m'as ordonn de dire. J'adore Dieu, mon Seigneur et le leur, et quand j'tais parmi eux j'tais tmoin de ce qu'ils faisaient; et quand Tu m'as lev, Tu sais ce qu'ils ont fait.>"
    (Qour'n 5/116-117)

    Remarque :
    Dieu sait toute chose de toute ternit. Ce qui apparat donc dans ces versets comme une question est en ralit un reproche adress ceux qui ont attribu la divinit Jsus. Dieu l'a immunis contre la mcrance, comme d'ailleurs tous les autres Prophtes. Il est donc impossible qu'il ait pu en faire ou en dire.


  7. #7
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    Notre matre ^I&Ccedil;A


    Ceux qui ont suivi ^Ia ^alayhi s-salam taient sur l'Islam. Ils croyaient en Allah l'Unique et croyaient en ^Ia, qu'il tait l'esclave de Allah et Son messager. Ils priaient et jenaient pour l'agrment de Allah ta^ala. Ils priaient en se prosternant et en s'inclinant, ils faisaient des ablutions. Ceux-l constituaient sa communaut et ils ont vcu, aprs que ^Ia fut lev au ciel, en suivant sa guide, ses enseignements et sa voie durant deux cents ans. Ensuite la dviation s'est propage parmi eux, et le nombre des croyants parmi eux s'amenuisa peu peu, tandis que les autres, ceux qui adoraient ^Ia, augmentaient en nombre.

    Puis arriva un homme du nom de Constantin (Qistantin) qui tait l'origine idoltre. Il se convertit cette religion dvie et les enfona davantage dans l'garement qui s'tendit par sa cause au point qu'ils dvoilaient ouvertement dans une grande partie de leur pays et de leurs lieux de culte l'adoration d'autre que Allah.

    Quant aux disciples vridiques de ^Ia qui taient rests sur l'Islam, leur nombre s'affaiblit intensment et ils allrent se rfugier dans les montagnes. Certains d'entre eux construisaient dans les montagnes une cabane ou bien habitait une grotte et se nourrissaient des feuilles d'arbres et de plantes, en fuyant les gens des villes qui avaient apostasi, qui commettaient le pch et l'injustice. Puis ceux-l mme s'teignirent aussi et il n'en resta plus aucun aprs cela, ni dans les montagnes ni dans les villes, et ceci advint avant que ne soit envoy notre matre Mouhammad ^alayhi s-salatou was-salam.

    Maryam se rendit avec son fils ^Ia en Egypte. Il vcut l-bas douze ans, apprit l'criture et entra l'cole primaire. Puis ils retournrent tous deux en terre de Palestine.

    Plus tard, la rvlation descendit sur lui et il commena dire aux gens : &Ocirc; gens, adorez Allah uniquement, ne Lui associez rien et croyez que je suis le Messager de Allah pour vous . Douze personnes crurent en lui ; on les appelle les aptres (al-hawariyyoun). Puis il les envoya dans les rgions et leur ordonna d'appeler l'adoration de Allah uniquement et ne rien Lui associer.

    Notre matre le Messie (Al-Macih) vcut sur terre environ trente ans. Il passait son temps se dplacer pour appeler les gens l'Islam. Il s'habillait ^alayhi s-salam de laine non tisse et se nourrissait de ce qui pousse sur les arbres, c'est--dire des fruits de la terre. Il couchait l o le soir le trouvait, soit dans la mosque, maison d'adoration de Allah, soit dans la campagne.

    Un jour, il invoqua Allah pour qu'Il fasse revivre un des rois qui, tant mort, tait port sur un cercueil. Allah l'a fait revivre. Il passa aussi sa main honore sur le visage d'un homme aveugle de naissance et celui-ci recouvra la vue. Et il gurit un homme atteint de la lpre.

    Les fils d'Isral virent tout cela, le vrifirent et s'en assurrent, mais ils s'enttrent et s'enorgueillirent. Parmi eux, certains avaient t croyants auparavant, mais ils apostasirent en accusant ^Ia ^alayhi s-salam de mensonge.

    Les fils d'Isral complotrent contre notre matre ^Ia ^alayhi s-salam et voulurent le tuer. Mais avant qu'il n'arrivent lui, Allah ta^ala lui a rvl qu'Il l'lverait au ciel et le dgagerait de la nuisance de ceux qui avaient mcru. Avant que les fils d'Isral n'entrent l'endroit o il se trouvait, il y avait avec lui douze personnes de ses lves musulmans.
    En effet, Ibnou Abi Hatim et An-Naa'iyy ont rapport que Ibnou ^Abbas a dit : ^Ia tait avec douze de ses compagnons dans une maison puis il dit : Il y a parmi vous qui me reniera aprs avoir cru .
    Puis il dit : Lequel d'entre vous est-il prt recevoir mon apparence, tre tu ma place et tre mon compagnon au paradis?
    Un jeune homme se leva, le plus jeune d'entre eux et dit : Moi .
    Il lui dit : Assieds-toi .
    Puis il rpta la question et le plus jeune se leva de nouveau, il lui dit : Assieds-toi .
    Puis il rpta la question et le jeune se leva une troisime fois, il lui dit alors : Ce sera toi .
    Il reut donc l'apparence de ^Ia. Le jeune homme fut saisi et crucifi alors que ^Ia avait t lev par une lucarne de la maison et qu'un groupe de fils d'Isral tait venu s'emparer du jeune homme. Ils le turent donc en le crucifiant. Ils turent ce jeune homme musulman croyant. Et ils ont diffus qu'ils avaient tu le Messie (Al-Macih) et qu'ils l'avaient crucifi. Certains gens les crurent en cela.
    Allah ta^ala dit :





    [sourat An-Nia' / 157] ce qui signifie : Ils ne l'ont ni tu ni crucifi mais ils furent tromps par la ressemblance .

    En vrit, notre matre ^Ia ne fut ni tu ni crucifi et il est toujours vivant dans le ciel ; avant le jour du jugement, il descendra sur terre et vivra quarante ans. L'Islam s'tendra sur la terre aprs sa descente. Il gouvernera ^alayhi s-salam selon la loi (Chari^ah) du Qour'an, la loi de notre matre Mouhammad . Et notre matre Mouhammad a interprt la parole de Allah ta^ala :





    [sourat Az-Zoukhrouf / 61] ce qui signifie : Et c'est un signe de l'heure , par la descente de ^Ia fils de Maryam avant le jour dernier.

    Trois cents ans aprs l'lvation de ^Ia au ciel, le nombre de ceux qui falsifirent la religion du Messie (Al-Macih) avait augment et le nombre des autres, ceux qui taient sur l'Islam avait diminu de faon flagrante. Aprs un peu plus de cinq cents ans, il ne resta pas un de ces musulmans croyants.

    Le peuple de Moua ne se maintint pas dans l'Islam comme s'est maintenu la communaut de Mouhammad. La communaut de Mouhammad s'est maintenue dans l'Islam pendant plus de mille quatre cents ans jusqu' nos jours. Une grande partie du peuple de Moua avait dj apostasi aprs quelques centaines d'annes et lorsque arriva le Messie (Al-Macih), ils l'accusrent de mensonge et sortirent ainsi de l'Islam.

    Les esclaves de Allah doivent croire au prophte qui succde celui qui l'a prcd. Il ne leur est pas permis de lui dire : Nous suivions le prophte prcdent, nous ne te reconnaissons pas . Il leur tait donc obligatoire, lorsque le Messie tait apparu et avait effectu des miracles, de le suivre.

    Les prophtes ^alayhimou s-salam ne se contredisent pas les uns les autres, chacun d'eux ordonnait de croire en les autres prophtes, et il incombe aux gens de suivre la loi (chari^ah) du prophte de leur temps.

    La religion rvle par Allah est unique et la croyance est unique ; il s'agit de la croyance en Allah et en le messager qu'Il a envoy, en les anges, en le jour dernier, en les livres clestes que Allah a rvls certains de Ses prophtes, ainsi qu'en la destine qu'elle soit du bien ou du mal, c'est--dire que tout ce qui arrive dans ce monde, que ce soit du bien ou du mal, a lieu par la prdestination de Allah. Ainsi, le bien parmi les actions des esclaves est aim et agr par Lui et le mal parmi les actions des esclaves n'est ni aim ni agr par Lui. C'est la croyance aussi que Allah est le Crateur de toute chose et qu'Il n'a aucune ressemblance avec Ses cratures. Il est donc du devoir de toute personne responsable (moukallaf) de croire en toutes ces choses.

    Parmi les recommandations donnes par le Messie (Al-Macih) ceux qui l'ont suivi, il leur a dit : Viendra aprs moi un prophte, du nom de 'Ahmad [1]; croyez en lui et suivez-le lorsqu'il apparatra . Parmi ceux qui avaient entendu la recommandation du Messie (Al-Macih), il y avait un des jinn croyants. Lui-mme en informa par la suite un groupe d'hommes du Ymen qui avaient quitt leur pays et s'taient arrts en un endroit, avant que le nom du Messager de Allah, Mouhammad ^alayhi s-salatou was-salam ne soit connu dans le monde entier. Puis ces gens dormirent dans la campagne et la fin de la nuit, l'un d'eux, Al-Ja^dou Ibnou Qays, entendit la voix de quelqu'un qui appelait, c'est--dire celle du jinn sans qu'il ne le voie. Cette voix disait :

    &Ocirc; voyageurs qui avez fait une halte de nuit, transmettez,

    une fois que vous serez arrts Al-Hatim [2] et au puits de zamzam,

    Mouhammad l'Envoy un salut de notre part

    qui l'atteindra o qu'il aille et se dirige,

    et dites-lui : nous sommes des partisans de ta religion,

    cela nous a t command par Al-Macih fils de Maryam.

    Ce jinn tait croyant et avait vcu du temps de Al-Macih avant qu'il ne monte au ciel. Il avait entendu ses paroles, avait cru en lui et avait embrass l'Islam. Par la suite, il connut notre matre Mouhammad , le vit et crut en lui avant que ces gens qui taient en route du Ymen vers la Mecque pour des affaires de ce bas-monde ne le connaissent.

    Quant celui qui avait entendu l'appel, lorsqu'il entra La Mecque, il s'enquit du Prophte jusqu' ce qu'on le lui montra. Alors il le rencontra, crut en lui et embrassa l'Islam.


  8. #8
    Join Date
    May 2006
    Posts
    308
    Last Activity
    08-09-2008
    At
    02:17 PM

    Default

    [1] 'Ahmad : un des noms du Prophte Mouhammad .

    [2] Al-Hatim : un endroit La Mecque.


  9. #9
     's Avatar
      is offline Banned
    Join Date
    Nov 2007
    Posts
    4
    Last Activity
    21-11-2007
    At
    06:04 PM

    Default Jesus prophete pour les juifs

    assalamou alikoum.
    Jesus n'tatit qu'un etre humain;messager de dieu pour les juifs .
    il est mort et entrr . Et il ne reviendra jamais dans notre monde .
    sa tombe est bien conne aujourd'hui ; elle se trouve a srinagar au keshmir .en Afganistan.
    .Dans la sentene du prophete mohamed -sala allaho alaihi wa alihi wa salama .Il fait allusion a un homme musulman des adeptes de mohamed .qui est en meme temps le mahdi .sa mission ressemble a celle de jesus pour les juifs.
    il reviendra pour les musulmans aux croyances justes et adequates avec le Coran .sur lesquelles etait Mohamed et ses compagnions.
    dans le Coran on lit :{ } (31) .
    Si on admet que Jsus est toujours en vie . il est certe et sur qu'il ne manquerait jamais a ses prieres et a donner l'aumone lgale.
    pouvez-vous nous indiquer la mosque ou Jesus fait ses prieres .
    et de plus ses biens sources de sa zakat .

    Et avec qui il entrprend son commerce ou toute autre activit lucrative.
    assalamou alaikoum .
    Last edited by ; 01-11-2007 at 10:25 PM.

  10. #10
     's Avatar
      is offline Banned
    Join Date
    Nov 2007
    Posts
    4
    Last Activity
    21-11-2007
    At
    06:04 PM

    Default sachez bien qu'Allah est tmoin entre nous

    monsieur Assadeddine /
    Je viens de voir que n'avez guerre ssayer de rpondre a mes questions fondes et ligitimes .
    Il ne m'appartient pas de taire la vrit .
    ma lettre si courte et si forte restera comme tmoin devant Allah sur les fausses croyances que vous n'hsitez pas a rpendre entre les musulmans .
    Jsus n'est ni un dieu ni fils de dieu
    pour qu'Allah l'invite a vivre prs de lui .
    Et lui accorder l'ternit.

Page 1 of 2 1 2 LastLast

Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

Thread Information

Users Browsing this Thread

There are currently 1 users browsing this thread. (0 members and 1 guests)

Similar Threads

  1. Mythes de l'Humanit : Jsus,, sa vraie histoire
    By maria 77 in forum Forum Franais
    Replies: 3
    Last Post: 02-11-2008, 12:16 AM
  2. Replies: 10
    Last Post: 25-10-2008, 01:30 PM
  3. Replies: 0
    Last Post: 19-01-2007, 04:51 AM
  4. Jsus en islam
    By azizcool in forum Forum Franais
    Replies: 0
    Last Post: 22-07-2006, 02:06 PM
  5. Replies: 0
    Last Post: 08-07-2006, 03:20 AM

Tags for this Thread

Bookmarks

Posting Permissions

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •  

Jsus ( Issa ) Dans Le Coran

Jsus ( Issa ) Dans Le Coran