RIO DE JANEIRO (AFP) - La circoncision parat rduire les risques de transmission du virus du sida et pourrait aider prvenir l'expansion de l'pidmie, notamment en Afrique, selon des travaux prsents mardi par un chercheur franais au cours d'un congrs mondial Rio de Janeiro.

Des reprsentants de l'Agence des Nations unies pour le sida (ONUSIDA) et l'Organisation mondiale de la sant soulignent que ces rsultats ne sont pas concluants et estiment que d'autres travaux seront ncessaires pour dterminer si la circoncision peut tre une arme de prvention efficace 100% contre le sida.

Bertrand Auvert, membre de l'Agence nationale de recherche sur le sida, (ANRS), a coordonn de 2002 2005 une tude en Afrique sub-saharienne sur plus de 3.000 hommes de 18 24 ans. Il a dtaill ses recherches au 3me congrs de la Socit internationale du Sida, ouvert dimanche au Brsil.

"La prvalence du HIV est infrieure dans les populations o l'on pratique traditionnellement la circoncision par rapport d'autres parties de l'Afrique ou au Sud-Est asiatique o la majorit des hommes ne sont pas circoncis", a expliqu M. Auvert.

L'tude, mene dans une rgion trs forte incidence de la maladie, a t ralise dans des conditions d'hygine trs strictes et a montr, selon M. Auvert, que la circoncision a vit l'apparition de 6 7 cas d'infections potentielles par le virus du sida sur 10.

"Mme si cette tude montre les effets prventifs prometteurs de la circoncision pour rduire la contagion du virus, l'ONUSIDA souligne que d'autres tudes doivent tre ralises pour confirmer que ces rsultats se rptent et s'ils peuvent avoir une application plus gnrale", a estim Catherine Hankins, reprsentante de l'ONUSIDA.