En France, le rideau est enfin tomb sur le trs polmique dbat sur l identit nationale . Des squences ont t plus marquantes que dautres. Souvenonsnous
du choc provoqu par le rfrendum suisse sur linterdiction des minarets,qui avait acclr un dbat multipliant dj les drapages.
Ctait sans compter sur limprudence et la maladresse du prsident Nicolas
Sarkozy, qui interpelle ses compatriotes musulmans en dclarant dans une
tribune parue dans le quotidien Le Monde (9 dcembre 2009) :
() Mais je veux leur dire aussi que, dans notre pays, o la civilisation chrtienne a laiss une trace aussi profonde, o les valeurs de la Rpublique sont partie intgrante de notre identit nationale, tout ce qui pourrait apparatre comme un dfi lanc cet hritage et ces valeurs condamnerait lchec linstauration si ncessaire dun islam de France qui, sans rien renier de ce qui le fonde, aura su trouver en lui-mme les voies
par lesquelles il sinclura sans heurt dans notre pacte social et notre pacte civique.


Par ailleurs, sans aller jusqu remettre en cause la construction de minarets, il nen a pas moins dclar nadmettre aucune ostentation .
Par leur maladresse, ces propos rejoignent le dj clbre discours de Dakar de 2007, dans lequel il dclarait notamment que le drame de lAfrique, cest que lhomme africain nest pas assez entr dans lhistoire .


Il convient de rappeler que notre civilisation occidentale sest nourrie de toutes celles qui lont prcde, y
compris la civilisation musulmane. Le vritable dfi du pacte social et civique consiste respecter lensemble de cet hritage et garantir quaucune communaut ne soit monte contre lautre, ce quoi les propos de Monsieur Sarkozy conduisent.

Monsieur Sarkozy est bien plac pour savoir quen vertu de larticle 5 de la Constitution franaise, le prsident est garant de celle-ci, notamment de larticle 1er qui prvoit que la France assure lgalit devant la loi de tous les citoyens sans distinction dorigine, de race ou de religion et quelle respecte toutes les croyances .

Si lintensit des polmiques suscites par ce dbat en France ces derniers mois na laiss personne indiffrent,cest bien lancien premier ministre belge Guy Verhofstadt qui, dans une tribune galement parue dans le quotidien Le Monde (11 fvrier 2010), exprime le mieux un sentiment largement partag au-del des frontires franaises. : Il y a quelque chose de pourri dans la Rpublique franaise .


http://www.alhamdolilah.com