Les rgles du droit musulman ne se limitent pas aux rapports des hommes entre eux, elles stendent leurs devoirs envers eux-mmes, envers les tres vivants et envers Dieu.

Contrairement au droit occidental qui se borne rgir les rapports des hommes et des Etats entre eux, le droit musulman comprend les droits-devoirs de lhomme envers lui-mme, les droits de Dieu et les droits des cratures.

Les droits de Dieu
Le droit musulman affirme dabord les droits du Crateur sur la crature, cest--dire les devoirs de celle-ci envers Lui, avant de dfinir les devoirs de lHomme envers lui-mme et envers autrui.

Le premier devoir de lHomme envers Dieu est de croire en Lui, de reconnatre Son autorit, de Ladorer et de ne rien associer Lui.

Le second devoir est de suivre Ses directives, davoir foi en Son dernier messager.

Il faut aussi se conformer la loi de Dieu telle quelle est nonce dans le Coran et la sunna.

Les droits-devoirs de lhomme envers lui-mme
Le droit musulman affirme que votre personne a des droits sur vous. Il interdit par consquent tout ce qui peut tre nuisible la sant physique et mentale de lhomme, savoir : la consommation du sang, de la viande du porc, des cadavres, des drogues, des boissons enivrantes.

Il prescrit lHomme une nourriture saine ; il lui interdit ladultre, la fornication, lhomosexualit pour le protger contre les maladies et sauvegarder la puret de lespce humaine. Le droit musulman prescrit lHomme de chercher la satisfaction de ses besoins sexuels dans le mariage. Nul ne peut nier les ravages du Sida et des maladies sexuellement transmissibles qui sont la consquence dune sexualit dbride et hors mariage.

Le droit musulman interdit lHomme de mettre fin sa vie par le suicide, leuthanasie, la mortification ou tout autre moyen quelconque, car la vie appartient Dieu. La vie est un dpt que Dieu a confi lHomme pendant un laps de temps pour en faire le meilleur usage possible.

Ainsi le droit musulman cultive dans lhomme le sens du respect de sa personne et de son corps en tant quils ont des droits sur lui.

Les droits des tres vivants
Le droit musulman reconnat des droits tous les tres vivants y compris les animaux et les vgtaux et prescrit leur respect. Lcosystme, lquilibre biologique, la pollution de lair et de la mer, la corruption, les atteintes la vie, la destruction de la faune et de la flore sont des concepts initis par le Coran. Le droit musulman prescrit le respect des vgtaux et des animaux ce qui implique le respect de lenvironnement et du cadre de la vie.

Il existe une panoplie de prceptes interdisant dinfliger le moindre mauvais traitement un animal, mme les fourmis et les oiseaux ont un droit la vie qui doit tre respect. En droit musulman, il est interdit de faire souffrir un animal par la torture, la faim, la soif ou par tout autre moyen quelconque. Il est interdit dabattre un animal par des procds autres que lgorgement avec un instrument bien tranchant.

Les droits dautrui
Si le droit musulman enjoint lHomme de sacquitter de ses propres droits, il est fortiori plus exigeant quant au respect des droits dautrui.

Le droit musulman interdit formellement de porter atteinte la vie, la dignit, lhonneur et aux biens dautrui. Il interdit lescroquerie, le vol, la fraude, la calomnie, la diffamation, lagression, le meurtre et tout ce qui pourrait causer du tort autrui.

Le droit la vie est un droit sacr au regard du droit musulman. Latteinte la vie dune personne est considre en droit musulman comme une atteinte la vie de toute lhumanit. Cest aussi une atteinte aux droits de Dieu dans la mesure o lHomme est un sujet et un serviteur de Dieu.

Le meurtre est sanctionn par le talion qui reprsente une peine quivalente linfraction. Le fait de porter atteinte la vie dun tre humain est dune gravit telle que seul le talion pourrait compenser le mal subi. Le talion sert galement dissuader le meurtrier. Celui-ci hsitera commettre son crime quand il sait quil sera excut.

Le talion nest pas une invention du droit musulman. Il a exist et existe dans plusieurs systmes juridiques. La particularit et le mrite du droit musulman sont davoir introduit le pardon, qui est en fait un droit dabsolution, que la victime ou ses ayants-droit peuvent accorder au meurtrier. Dans un souci dquit, le droit musulman fait obligation lEtat de se dsister de son pouvoir rpressif au profit de la victime qui a le choix entre le pardon et lexcution du talion.

En matire de succession, il est fait grief au droit musulman de pratiquer la discrimination entre les deux sexes, dans la mesure o la part du garon est gale au double de celle de la fille.

En ralit, ce partage, voulu par Dieu, correspond une logique de distribution des rles et des responsabilits au sein de la famille.

Le droit musulman met les dpenses du foyer la charge de lhomme et en dispense compltement la femme. Le principe de donner au garon le double de la part de la fille sexplique par le fait que lhomme doit prendre sa charge toutes les dpenses ncessaires lentretien de la famille du dfunt, alors que la femme en est totalement dispense. En outre, le garon doit fonder un foyer dont il aura lui seul la charge car la femme ne doit en aucun cas contribuer aux dpenses du mnage ni la fondation du foyer. En revanche, il y a galit des droits entre pre et mre dans la succession de leur enfant lorsque celui-ci dcde en laissant des hritiers mles. De mme quil y a galit entre le frre et la sur ns dune mme mre et dun premier mariage dans la succession dun frre n de la mme mre et dun second mariage lorsque le frre ne laisse ni ascendants mles ni descendants en droit de succder.

Ainsi les avantages accords aux hommes dans certains cas comportent pour eux des charges supplmentaires de manire rtablir le principe de lgalit prescrit par le droit musulman.

Il est une rgle juridique qui dit : le profit doit tre quivalent aux charges et les charges doivent tre quivalentes au profit .

Les liberts fondamentales
Le droit musulman garantit et encourage lexercice des liberts fondamentales, telles que la libert de pense, de croyance, dopinion, dexpression, la libert de runion et dassociation, la libert de circulation et dtablissement.

Le droit musulman considre ces liberts comme tant des moyens inhrents la nature de lHomme et indispensables lexercice de la mission dont il est divinement investi. Elles font partie des moyens, tels leau et loxygne, que Dieu a mis la disposition de lHomme pour pouvoir vivre et assumer ses obligations en tant quHomme responsable. Or le priver de ces moyens, cest lempcher daccomplir sa mission, voire lempcher de vivre.

Droits civils et politiques
Le droit musulman garantit lhomme et la femme lexercice de tous les droits civils et politiques, savoir : le droit de vote, le droit lopposition, le droit de manifester son mcontentement, le droit daccs aux fonctions politiques. Ces droits sont galement des devoirs auxquels on ne peut renoncer sans motif lgitime.

Lopposition la dictature, la lutte contre la corruption et linjustice sont la fois des droits et des obligations qui incombent tous les citoyens dans le cadre de leur mission dordonner le bien et de repousser le mal.

Droit linstruction
Le droit musulman garantit linstruction tout homme et toute femme en leur assurant les moyens ncessaires lexercice de leurs droits. Il ne se contente pas dnoncer le droit, il doit crer les conditions de son exercice, telles que la gratuit de lenseignement, la mise en place des infrastructures ncessaires, la prise en charge des fournitures scolaires et lattribution de bourses dtude aux tudiants et aux chercheurs. Ce nest pas un hasard si le premier verset rvl du Coran commence par limpratif du verbe lire. Cest la preuve que lIslam attache une grande importance lenseignement et au savoir.

Droit la propritLe droit la proprit est pleinement reconnu en droit musulman lhomme et la femme, aux nationaux et aux trangers. La femme a la pleine capacit sur ses biens. Le mari na aucun pouvoir de simmiscer dans ladministration des biens de sa femme. Le rgime de sparation des biens adopt par le droit musulman a confr la femme le droit de disposer de la totalit de ses biens sans le consentement ni lautorisation de son mari. En vertu de ce principe, la femme marie peut contracter, transmettre titre onreux ou gratuit, transiger, hypothquer, ester en justice sans aucune autorisation maritale. Le droit musulman accorde une importance considrable la proprit ; la dfense de celle-ci a la mme lgitimit au regard du droit musulman que la dfense de lhonneur, de la dignit et de la vie de la personne humaine.

Le prophte de lIslam a dit : Hommes ! Votre sang, vos biens, votre honneur vous sont inviolables comme lest ce jour-ci, dans ce mois-ci, dans cette ville-ci .

Le droit la proprit a pour corollaire le droit au respect du domicile et de la vie prive lequel est garanti toute personne sans distinction aucune. Le droit musulman proclame solennellement linviolabilit du domicile et interdit toute forme dingrence dans la vie prive et familiale.

Contrairement aux principes des droits de lHomme qui imposent des restrictions lexercice du droit au respect de la vie prive et familiale en laissant la porte ouverte lingrence de lautorit publique, le droit musulman interdit toute ingrence dans lexercice de ce droit mme par lautorit de lEtat et quel quen soit le prtexte.

Demble, le droit musulman a aboli toutes les formes de larbitraire telles que les perquisitions domiciliaires, linquisition, lespionnage, la dlation, lintimidation, bref tous les procds vexatoires consistant senqurir de la vie prive des gens jusqu lintimit de leurs foyers. Le droit musulman tend seulement empcher les turpitudes et les mauvaises murs de se rpandre en public afin de prvenir la contagion.

Svrit des sanctions pnales
Dans un but dissuasif, le droit musulman inflige des sanctions svres aux auteurs de certaines infractions. Ainsi, il ordonne de couper la main du voleur et de lapider lhomme ou la femme marie coupable dadultre. La fornication est punie de cent coups de fouet.

En pratique, ces sanctions sont soumises des conditions difficiles raliser de sorte que leur application demeure purement hypothtique et incertaine.

En ce qui concerne ladultre, lapplication de la peine est trs difficile car elle exige le tmoignage de quatre personnes qui attestent avoir vu lacte sexuel. Lexigence de quatre tmoins suppose que lacte ait t commis en plein public, sinon il est difficile de trouver quatre personnes pour tmoigner dun acte accompli dans lintimit.

Il en rsulte que lnonc de cette sanction a un objectif uniquement dissuasif.

Le vol nest jamais sanctionn avant que lEtat nait garanti au pralable la satisfaction des besoins sociaux si bien que chaque citoyen puisse avoir les moyens de vivre dignement. Lexemple est fourni par le 2e Calife qui a suspendu lapplication de cette peine au cours dune anne de famine. Le besoin ou la faim sont considrs comme une cause dimpunit, cest--dire des faits justificatifs.

La svrit du droit musulman sexplique par le fait que le vol et ladultre peuvent avoir des consquences extrmement graves.

Le vol nest pas seulement une atteinte aux biens, il est aussi de nature compromettre la scurit des personnes. Souvent le voleur nhsite pas faire usage de violence pour atteindre son but. Il peut tuer ou se faire tuer, ce que le droit musulman cherche viter en infligeant au voleur la peine quil mrite et afin de servir dexemple pour ceux qui projettent de commettre une telle infraction.

Quant ladultre, cest un acte de nature porter atteinte lhonneur et aux bonnes murs, outre ses graves consquences sur la sant et sur la famille.

Ladultre peut provoquer la dstabilisation des foyers et, partant, de la socit en contribuant accrotre les cas de divorce et rduire le nombre de mariages. Quand la sexualit est tolre, lunion lgale en tant quacte fondateur de la famille devient quasiment inutile.

Si lon ajoute ces graves mfaits les ravages du sida, on comprendra mieux les raisons de la rigueur pnale du droit musulman dans ce domaine.

Il a t pratiquement prouv que ces mesures prventives ont largement contribu lradication des crimes, avant mme quelles ne soient effectivement appliques. La force dissuasive de ces peines les a rendues purement thoriques ; do il suit que la cruaut du chtiment envisag a pour seul objet de servir de remde psychologique pour des malades tents par laction criminelle. En recourant ce type de remde, le droit musulman a extirp des mes malades toute propension commettre de si graves infractions.

Aussi, peut-on affirmer avec certitude que cette svrit sest rvle extrmement efficace dans les pays appliquant le droit musulman. En Arabie Saoudite, par exemple les bijoutiers ne baissent mme pas les rideaux de leurs boutiques quand ils vont aux mosques pour accomplir la prire.